Tu es mon plus beau Noël
Celui que je n’ai jamais eu
Tu es l’amour, la vie, et le soleil
Ce à quoi je ne croyais plus
Tu es mon plus beau Noël
Celui que ne n’attendais pas
Ce merveilleux cadeau tombé du ciel
Celui dont rêvent tous les papas

Noël, cette fête déclinée en mille et un téléfilm, à la fin si merveilleuse, cette magie qui vient apaiser les esprits, réunir une famille, créer ce quelque chose qu’il n’y avait plus. Cette fête où l’on met toutes les rancoeurs de côtés, les conflits, cette fête où seul l’Amour règne…

Cette fête que j’ai tant idéalisé, pourtant elle est partie en couille depuis tellement d’années que je ne comprends même pas comment j’ai fait pour ne jamais la détester. Chaque année, même celle-ci, j’y ai cru, j’ai espéré… J’ai pleuré. Mais uniquement ce soir, loin du regard de mes enfants, de mon mari. Ils ne voient rien, et Dieu Merci, ils ne méritent pas ça.

Je me battrais pour qu’ils ne (re)vivent plus ça !

Noël, commence à notre plus tendre enfance,

on rêve, imagine, on rigole, on s’aime, on a les yeux qui s’illuminent, on est en famille, la grande Famille, mamie, papy, parents, enfants, tantes, cousins, et si on a de la chance, les arrières grands parents sont encore de la partie.

Nous, c’était chouette, jusqu’à ce qu’on arrête de croire au père Noël… On y a cru un moment, mais pas assez pour mon papa, il n’a pas eu une belle enfance, non, je ne parlais pas à ses parents à cause de ça d’ailleurs, ils lui ont toujours manqué de respect, ils l’ont humilié, l’ont conditionné à se plier en 10 pour eux et lui inculquer que c’était comme ça qu’il fallait faire : tout faire pour ses parents, rien pour ses enfants. Mon papa heureusement ne nous a pas refait la totalité de ce qu’il a subit, mais il n’est pas assez fort pour ne rien nous faire du tout, il a été conditionné comme ça et il dit qu’il ne peut pas changer.

J’y croyais, pour moi, ce qu’il disait était normal, puis j’ai eu Lyanna, et j’ai été l’inverse de ce comment j’ai été élevé, les paroles, les fessées (attention je n’ai pas été un enfant battu, mais j’ai pissé plus d’une fois dans ma culotte lors de fessées), j’ai jamais fait de chantages, je pratique le co-dodo autant que besoin, j’ai fait le choix de ne pas laisser mes enfants pendant que nous partons en vacances, je fais bien des choix, et pour 90% d’entre eux ils sont le contraire de ce que j’ai connu, alors depuis que je suis maman, je sais que quand on veut, on peut changer, éducation ou pas, la seule différence c’est la volonté qu’on a de faire mieux, de créer ce qu’on a rêvé et non pas de reproduire ce qu’on a vécu/subit.

Et donc, Noël, une fois le Père Noël découvert comme mensonge, cette fête a été la bonne date pour les règlements de compte, les remarques, réflexions, mise au point… Déjà, de base que ça soit du côté de mon père ou de ma mère, leur famille est bancale mais +++. Conflit en tout genre, pour tout et rien, tout pour être heureux mais ils trouvaient leur bonheur dans le « plus on dégueule sur celui d’à côté, plus on est heureux » ou « plus on en fout dans la gueule de mon fils unique, mieux il sera ensuite », une famille de casserole, vraiment.

Mes parents, purée qu’ils sont bons pourtant, ils n’ont jamais été assez forts pour les quitter vraiment, pour prendre la poudre d’escampette et accepter le fait que Famille ne veut pas dire « tout accepter », ne veut pas dire « c’est comme ça ». Ils ont fait du tri car à un moment c’est devenu obligatoire, puis la vie a aussi été reprise et à fait ce ménage naturel, non, je ne suis pas horrible de dire ça, c’est ce qu’ils lui ont fait vivre/subir qu’il l’est, c’est ce qu’ils ont voulu faire de lui qui est horrible, si vous saviez leur parole, leur geste, ils ne considéraient pas qu’avoir un enfant était divin, c’était une obligation et par chance ils ont eu un fils direct, ma grand-mère a fait « sauter » ce qui aurait pu sauver mon papa, et fièrement un jour elle lui a dit, lui qui en rêvait, d’avoir un frère ou une soeur, il l’avait mais elle lui a aussi enlevé avant même qu’il ne puisse grandir davantage en elle. 

Non, il ne manquait pas d’argent,
ce qui aurait pu être une cause qui s’entend,
ils n’en manquaient pas, juste d’Amour.

On a finit par faire Noël entre nous, nous 4,

très jeune, je ne comprenais pas les histoires de famille, pourquoi faire Noël tous les 4 alors qu’on s’amuse tellement avec les cousines, (ma mère a 1 frère et deux soeurs qui ont aussi des enfants), j’ai fini par comprendre ce que je vous expliquais plus haut, la jalousie commence souvent par les membres d’une famille.

Mes parents étaient chef de leur entreprise, parti de rien, ni étude, ni argent puisque mes grands-parents leur avaient dit « vous vous démerdez, si ça ne marche pas on ne veut rien avoir investi là dedans », ils ont battit une entreprise de plus de 10 personnes, pendant 20 ans, gagnant tous les challenges des marques qu’ils revendaient (Informatique et bureautique). Mes parents ont travaillés corps et âme, ils ont été les patrons rêvés, vraiment. Plutôt absents dans leur rôle de parents, faut l’avouer, on a manqué de rien en matériel, mais on a cruellement manqué d’eux. Maman essayait de rattraper du temps, trop peu de temps, le temps perdu ne se rattrape pas, le temps défile puis on a eu l’âge de vivre notre vie d’ado, d’adultes.

Ils ont prit leur retraite, anticipé +++ pour ma mère, mérité +++ pour mon père, la jalousie battait son comble dans leur famille, et on a enchaîné déception sur déception, enfin, ma mère, moi une fois que j’avais compris que leur deux familles se valaient, certes une plus d’amour que l’autre mais accompagné de vices, j’ai pris mon parti de ne vivre que pour mes parents, mon petit frère (on a 16 mois d’écart mais je l’ai toujours appelé comme ça et ça ne changera jamais).

Nos Noël auraient pu être les plus beaux, les plus vrais, mais non, on a encore une fois jamais manqué de cadeaux, jamais. Nous n’avons jamais manqué de paroles blessantes non plus. La seule chose dont nous avions besoin c’était son amour, à lui, notre père. Cet homme qui me fait pleurer, pleurer quand je pense à la vie qu’il a eut, l’amour dont il a manqué, le manque de respect qu’il a subit, il me fait pleurer par les mots qu’il emploie, les phrases qu’il construit, l’amour qu’il ne nous donnera certainement jamais.  Encore ce soir, je dis « certainement » jamais, car je suis cette pauvre fille, qui croit finalement toujours au Père Noël… Ces Noëls à pleurer devant ces phrases, à pleurer lui répondant à mon tour qu’on manquait d’amour, j’ai toujours été cette fille dont il est si fière, je lui ressemble autant que je suis cette personne qu’il aurait voulu être, dire « stop ».

Noël, si je reprends ceux depuis qu’on est ensemble avec Thib, les fois où je n’ai pas pleuré à au réveillon c’est quand je le faisais avec sa famille, pour autant, j’étais toujours avec mon téléphone attendant un message de leur part, et pourtant nous n’étions pas en conflits, c’était normal de faire Noël aussi dans ma belle famille, mais pas le 24, ça j’avais « pas le droit », je devais être avec eux. Ils ne disaient « rien » mais j’avais « rien », pas de « bon réveillon, amuse toi bien, à demain », et encore moins de « je t’aime ».

Je faisais le choix de « préférer la famille de Thib » alors j’avais rien à attendre. Je crois que j’ai dû le faire qu’une fois au final, j’avais été trop mal, j’ai tout essayé, Noël nos deux familles réunies pour faire plaisir à tout le monde, Noël soir et midi chez mes parents, j’ai tout essayé, chez eux, chez nous, rien n’y a fait, j’ai même pensé que c’était mon destin de chialer chaque année à Noël

Une année, j’ai invité toute la famille de Thib, mes parents, mon frère, nous étions 10, j’ai tout cuisiné, j’ai tout décoré, j’ai fait tout moi-même, du début à la fin, pour 10, repas du soir et du midi. Apéro, Entrée, plat, dessert. Je ne sais pas pourquoi, j’attendais après mon père, j’attendais ce « c’est bon », mais j’ai eu « j’ai plus faim pour ton dessert ». Il a fini par goûter une de mes 10 mini-verrines (par personne), celle à la mousse au chocolat, un dessert qu’il adore, mais j’avais changé la recette en l’adaptant pour Noël en mettant un peu d’arôme d’orange dedans, il a reposé la verrine, et a dit « beurk c’est pas bon ».

Puis une fois tout le monde parti, je me suis disputée avec lui et mon frère aussi car je les trouvais mal polis. Je leur ai dis, je dis toujours ce que je pense, c’est ce qu’il m’a apprit, il est fier de ça, mais je l’énerve quand c’est « pour lui ». Bref, ça a mal fini cette histoire, bien fâchés, mais fallait se revoir le lendemain pour le déjeuner. On est pas une famille rancunière et heureusement d’un côté sinon se serait fini depuis longtemps mais le rendu n’est jamais meilleur car personne n’apprend de ses « erreurs ».

Je suis la première à ne rien apprendre, car chaque année je pleure, j’attends secrètement que la magie opère chez nous, et lui fait toujours ça, me considérer comme la pire des enfants, celle qui refuse de vivre ce qu’il a subit.

Il y a trois ans,
on faisait Noël seuls avec Thib car j’étais enceinte,

je ne voulais pas partir de chez nous et risquer d’accoucher ailleurs qu’avec mon gynécologue, ils ne sont pas venu le 24, ils avaient le chien à s’occuper et moi, mauvaise personne je refusais qu’ils l’emmènent (je l’avais déjà accepté l’année où nous étions 10, mais pour le remerciement, j’ai pas eu envie de me forcer encore, oui ce chien je ne l’aimais pas, c’est horrible, mais c’est la seule personne dans ce monde qui a eut le droit à l’amour de mon papa, alors qu’il le mordait, m’a mordu, a mordu un enfant ). Ils ont préféré faire Noël à deux, pour ne pas avoir à laisser leur chien une nuit tout seul.

Ensuite avec ma Lyanna, je les ai privilégié, on a fait deux réveillons ensemble, ils m’ont fait pleuré à chacun d’eux, une fois pour un sujet de merde lancé fièrement par mon frère qui est très fort pour ça, et la deuxième année car j’étais la pire des mère de ne pas vouloir faire croire au père Noël à ma fille, qu’à cause de moi, Noël serait toujours de la merde.

Entre nous, j’épargne ma fille des futures phrases comme « Noël c’est nul depuis que tu ne crois plus au Père Noël, je souhaite faire vivre des choses bien plus vraies à Lyanna et Nathaël ».

Cette année, comme l’an dernier, j’ai demandé à Thib de travailler à Noël, je savais qu’on aurait Nathaël, qu’on aurait nos deux merveilleux enfants, et je me suis dis, sait-on jamais si y’a encore un problème juste avant au moins on a cette excuse, « Thib travaille faut que vous veniez ».

Welcome Baby Party de Nathaël, je vous passe les détails, je ne veux pas les accabler car si vous saviez comme je les aime, comme j’espère qu’en 2020 vous les verrez autour de moi, comme ces 15 jours au Mexique, bref la Fête pour la naissance de Nathaël s’est mal fini (encore)

C’était mi-novembre… J’ai pas voulu arranger les choses avant Noël, j’ai appelé ma maman, j’ai pris des nouvelles, j’ai envoyé des photos des enfants, mais pas mon frère, si vous saviez comme je m’interdis d’y penser, je me refuse de penser à lui car je pleure, je ne comprends pas qu’une relation si fusionnelle puisse être si cruelle, mais en fait si… Je sais pourquoi… 

Mon père ne peut apparemment pas aimer deux enfants en même temps, quand il dit du bien de l’un, il descend l’autre, et vice-versa, il nous compare et évidemment pour le coup je suis l’exemple à prendre pour beaucoup de points, mais ne pas croire, à moi, j’ai beaucoup de défauts insurmontables. 

On s’est battus des années pour avoir sa reconnaissance, aujourd’hui mon frère mène une guerre dont j’ai arrêté de bataillé, j’ai construis ma famille, je suis heureuse dans mon travail, j’ai des projets, malheureusement rien n’est son cas, et ça me fait mal, mal de le voir ainsi, mal de subir ces choix depuis 10 ans qui ne le rendent pas heureux, marre de subir ce sentiment refoulé qu’il a envers moi. Quand je pense à lui, je me touche la tête, j’ai peur, peur pour lui, peur des choix qu’il fait, je l’aime tellement, mais on y arrive pas

Avant je pardonnais tout, toujours, même des choses qui ne se pardonne pas, aujourd’hui j’ai mes enfants, les cris, les disputes, les engueulades, je ne veux pas qu’ils voient ça, vivent ça, subissent ça. 

Non, ils ne sont pas dans une bulle mes enfants, mais je veux qu’il ait l’esprit du mot famille, le sens profond, et pas l’image d’une perpétuel déchirement que l’on pardonne, ce n’est pas ça que je veux leur inculquer. 

Cette année, j’ai eu ma maman au téléphone,

me demandant ce qu’on faisait à Noël, je lui ai répondu que Thib bossait, elle m’a dit, ah, alors vous ne le fait pas à la maison, j’ai répondu, on ne peut pas mais vous pourriez venir… Elle n’a pas voulu, je n’ai pas insisté, non. On ne se parle pas actuellement avec mon frère et mon père, depuis la Welcome Baby Party, c’est rien vous savez, c’est cyclique dans cette famille, on s’engueule ça dure des mois, puis on se reparle et ça recommence, c’est leur façon de dire qu’ils aiment

Je ne me voyais pas faire Noël avec eux dans ces conditions, je savais que là, aucun doute sur ce qu’il se passera… Pourtant, j’ai espéré qu’ils m’écrivent, espéré qu’ils fassent la démarche, qu’elle vienne d’eux, de me dire « on arrête, on arrive ». Pourquoi je ne l’ai pas fait, car je l’ai trop fait et que si ça ne vient pas d’eux, on aura beau faire tout bien comme il faut, le bouquet final sera un sujet lancé de MERDE. Non on ne parle pas politique, ça on s’en fout chez nous, mais les sujets éducations (vous comprendrez l’éducation que je donne à mes enfants puisque mon frère n’en a pas), mon couple (vous comprendrez que je suis trop le petit chef), mes projets (vous comprendrez par la suite qu’ils ont mis le feu au poudre y’a quelques mois), bref, j’en ai plein comme ça des sujets de merde qu’ils adorent mon père et mon frère. 

Je n’ai donc pas relancé, mais j’ai espéré, comme une cruche. Je me suis imaginée les retrouver par surprise à l’église, puis en rentrant chez nous, je me suis imaginée les voir arriver le 25 midi, mais non. 

Mes meilleures amies m’ont proposés de faire Noël avec elles, j’en mourais d’envie, elles ont une grande famille, où oui il y a des disputes comme partout, mais c’est de l’ordre du normal, et à Noël, y’a pas de codes sauf celui de créer la magie par l’amour, les rires, les jeux, la danse…

J’ai refusé, pourtant je le dis, j’en mourais d’envie. On aurait fait l’aller retour, Thib m’avait proposé de le faire pour aller chez mes parents, mais comme je vous le disais je ne voulais pas y aller sans que ça vienne d’eux ce premier pas, sinon c’était se jeter dans la gueule du loup, me faire bouffer et qu’on me dise : « t’es venue dans ces conditions, tu t’attendais à quoi »

J’ai refusé à contre coeur de rejoindre les filles, pour l’unique raison que mes parents ne me l’auraient pas pardonné, c’est l’unique raison, quel con !

J’ai écrit à ma maman le soir du réveillon (hier au moment où j’écris ces lignes), lui demandant si elle voulait qu’on s’appelle en facetime, elle m’a dit, non qu’elle n’avait pas le coeur à ça puisqu’on ne faisait pas Noël ensemble, je lui ai répondu que Thib bossait, fallait venir… Elle m’a dit, on s’appelle demain.

Le 25 est passé, j’ai écrit le soir, demandant pour qu’on s’appelle, tous sur répondeur, j’ai commencé à m’inquiéter cherchant même le numéro d’un ami de mon père, car j’avais peur qu’en ayant voulu venir chez moi ils aient eu un accident. Je suis comme ça, je ne m’énerve jamais avant d’être sûre que la personne aille bien quand je n’ai pas de nouvelles. C’est d’ailleurs pour ça que je n’ai pas posté ma photo instagram avant, car je ne voulais pas dire quelques choses sans savoir comment ils allaient.

Ma mère m’a écrit à 22H15, « nous étions chez Mathieu ». La journée de Noël est passée, elle ne m’a ni écrit, ni appelé, et n’a pas répondu à ma réponse.

J’ai pleuré.

Chaque année est un pas de plus, chaque année je pleure, mais chaque année je change quelques choses pour qu’un jour, je ne pleure plus. 

Cette année, ma réussite a été que ni Thib, ni mes enfants n’ont subis des disputes, vu mes larmes.

Cette année, c’était le plus beau de mes Noëls.

Et l’année prochaine sera encore meilleure car l’année prochaine, nous irons le faire à l’étranger, là où je suis sûre que je ne les attendrais pas.

En attendant de les construire avec ce sentiment nous concernant, je m’attèle chaque année à faire de mon mieux, faire des choix, prendre des décisions pour qu’ils aient la vraie magie de Noël :

l’AMOUR.

Alors voilà, vous comprenez pourquoi nous étions 4, uniquement nous 4, et comment vous dire à quel point on était bien, on a fait ce petit programme que j’avais imaginé, on a pas manqué une seule étape, on a aimé chaque instant, j’ai aimé voir ma bébé rire aux éclats, j’ai aimé passer du temps avec mon Nathaël au creux de mes bras, j’ai aimé jouer, chanter, danser, voir Thibault cuisiner, j’ai aimé faire plaisir à Thib, je nous ai aimé simplement, nous 4, ensemble et purement. 

La magie de Noël, c’est nous qui la créons… Elle ne tient qu’à nous.

Je mentirai si je disais que je n’espère plus rien de mes parents, mais je tends chaque jour un peu plus à me faire une raison, priant pour ne rien regretter, car je sais que celle qui en souffrira toujours, c’est moi.

A Noël, pour mes enfants qui méritent le plus beau des Noëls, car ils sont « ce merveilleux cadeau tombé du ciel »

%d blogueurs aiment cette page :
Visit us on FacebookVisit us on YoutubeVisit us on Pinterest