Les filles, aujourd’hui je vous partage un article un peu particulier, hors le fait que je vous fait le récit d’un voyage qui date de 3 ans, je vous partage mes mots sur l’instant, comme si c’était hier… Je n’avais certes pas de blog, mais j’ai toujours écris, j’ai toujours aimé gardé sur papier (digitalement parlant) mes ressentis mais aussi les partager, c’était à une bien moins grande échelle c’est sur, mais je l’ai toujours fait par envie profonde de partager, de donner un retour d’expérience.

Dans ce récit, je donnais aussi des nouvelles donc c’est plus expéditif que lorsque je vous fait mes retours d’expériences pour vos voyages.

Cela dit, vous trouverez vraiment beaucoup de choses à savoir ^^

Maldives

Là, vous allez vraiment lire des nouvelles que je donne à mes proches quand je suis en vacances. On se retrouve en fin d’article pour un bilan à l’heure d’aujourd’hui sur mes souvenirs, mes ressentis actuels, sur les personnes que nous étions.

Je vous fais un autre article avec mes choses à faire, avec qui nous sommes partis, ce qu’il faut savoir sur les Maldives, le prix etc. Mais en attendant (je vous le fait dans la foulée évidemment), je vous laisse avec exactement ce que j’ai écris à mes meilleures amies et ma famille, au moment où nous vivions cela, ce rêve…

Voyages aux Maldives – 15 mars 2015 :

Petite nouvelle d’ici. C’est juste splendide. Je pense même qu’il n’y a pas de mot.
Nous sommes partit de Dijon dimanche à 11h.

Arrivés à Lyon vers 13h. On a été à l’aéroport et nous avons patienté jusqu’au décollage pour Istanbul. Petit repas dans l’avion avec « Turkich Airline ». Pas trop mal.
Arrivés à 21h à Istanbul, nous avons patienter jusqu’à 1h30 du matin pour prendre l’avion pour la ville de Malé.

Repas dans l’avion à 2h du mat (nous nous étions endormi et nous pensions qu’ils étaient déjà le matin pour déjeuner. Mais non… Juste un second repas, de trop lol), 6h on nous réveille encore et on a déjeuné cette fois ci, on en pouvait plus mais allez savoir pourquoi dans l’euphorie : on a bouffé mdr, alors que c’était le petit déjeuner vraiment chimique de l’avion quoi mdr. On est arrivés enfin. Par le hublot, on en prenait déjà plein la vue. Ces dizaine et dizaine d’îles entourées d’eau turquoise. C’était fou.

On récupère nos valises, et un petit homme nous attendait avec une pancarte (ouais comme dans les films) et là il s’est chargé de tout. Valises, nous faire patienter, nous emmener dans le salon spécial pour attendre l’hydravion qui allait nous emmener au paradis. Petits gâteaux, cafés, thés, sodas, chocolats étaient à notre dispo.

13h45 : le départ pour notre île.

Je n’ai pas trop aimé l’hydravion. Ça fout vraiment le mal de mer quand il flotte sur l’eau.
Arrivés sur l’île !!!

Une dame adorable, nous sert un cocktail de bienvenue et nous explique tout en anglais : l’angoisse. On avait juste à écouter et eux ils se chargent de tout le reste. Valises et petit train (une voiture de golf en plus longue mais ils appellent ça un petit train lol) pour nous déposer à notre chambre.

Notre chambre pfff … Jaccuzzi, douche en pleine « nature » (moi qui ne suit pourtant pas à me cacher hein vous le savez, j’étais un petit peu timide au début, étonnant mdr), une 2ème un peu plus caché, les wc aussi sont dehors, enfin dans notre jardin quoi. Mdr. C’est très drôle de se lever la nuit et de faire pipi en plein air. Lol.

Première après midi découverte de l’île. Des paysages, des bêtes, des Bernards l’hermite (que j’appelle des Thierry l’hermite et Thib n’en peux plus de ce côté boulet mdr). L’eau turquoise ; cette folie, on ne s’est pas baignés le premier jour. C’était vraiment découverte. Premier cocktail, premier resto (pétage de bide oblige), on a une table attitrée avec un monsieur attitré qui nous sert, débarrasse etc chaque jour.

Ensuite, direction le dodo car la journée à été longue et le décalage a joué.

Et là, premier vrai jour, premier petit déjeuner. Première vraie découverte de l’océan indien. Ici y’a un trampoline sur la mer (gratuit) c’était génial. On a été chercher nos masques, tuba et palmes. Et exploration des fonds marins. Enfin on pensait que c’était ça… Des poissons magnifiques, de couleurs extraordinaires mais rien de foufou, un peu comme aux Canaries…

Ici il fait nuit très tôt (18h15), du coup (on s’est fait avoir le premier soir en allant direct au bar mais bon ça fait tôt après pour manger) direction la salle de sport. Je pensais qu’on allait être les seuls mais en fait, beaucoup font ça d’aller faire du sport en fin d’aprèm quand qu’il n’est plus possible de profiter du soleil car il fait nuit, et qu’il est trop tôt pour aller manger. Thib a fait 30 minutes et est partit au bar (y’en a 7) à côté et m’a sagement attendu en bonne compagnie … Mdr. Il ne perd pas le nord va. Ensuite retour à la chambre, on se prépare pour le dîner. Et cocktail après avec les soirées à thèmes.

Deuxième jour (mercredi), même routine, mais on change de coin à chaque fois (l’île est à l’hôtel donc on a accès partout, gratuitement, et qu’avec des clients de l’hôtel). Et là on va faire notre petite plongée … On avait écouté notre monsieur du restaurant qui nous a dit quand aller nager pour voir le plus de beaux poissons…

On écoute. On nage, on en voit des magnifiques, des formes étranges, des gros, des petits, des qui ressemblent à Dori (dans Nemo), des qui ressemblent à un perroquet, un bâton, à des zèbres et j’en passe… on a l’impression d’être dans une piscine tellement c’est beau, c’est clair, c’est visible. Et là, Thib me dit : « voila, soit on avance encore et on arrive à la barrière de corail et on peut voir de sérieux poissons, soit on est des pédales et on fait demi tour »… On se regarde, et c’était parti…


Sans voix. Juste dingue. Juste Ushuaia en vrai. D’un coup on voit la barrière avec le bleu turquoise et la ligne du bleu plus prononcé. Y’a une vie en dessous. Tel notre Tokyo sur terre. Magique. Juste : on arrête de nager et on observe ces milliards de poissons. Ces milliards de poissons, c’est le terme. C’est grandiose. Quand arrive, le poisson … Un requin !!!! « À pointe noir » (pas d’affolement ils ne sont apparemment pas méchants mais ils ont la vraie tête du requins blanc par contre). Mon instinct de survie m’a dit : « demi tour ». J’ai mît qq minutes à me dire « reste meuf, tu vas kiffer ». Et j’ai surkiffé.

On a nagé au dessus le lui, même pas presque peur ^^. On a vu un poulpe aussi. Bref magique ! Il est 15h28 je suis sur mon transat à vous écrire et je vous l’enverrai ce soir en rentrant dans la chambre. Thib trépigne pour qu’on y retourne. Donc je vous embrasse. À bientôt.

Note pour plus tard :

Ce n’est pas des conneries. On cloque ici. Non, je ne suis pas en cloque mais j’ai bien une cloque sur mon nez. Quelle dinguerie ce soleil. Je sauterai l’épisode du côté écrevisse de mon mari. Est-ce qu’un indice 100 ça existe? Car c’est le minimum requis ici.

Mercredi après midi :

j’en étais restée au moment où Thib trépigne pour aller plonger… Chose faite. Nous y sommes allés. Mais ce n’était pas une hyper bonne idée. Je m’explique. Comme vous le savez, l’océan à des marrées montantes et descendantes et ça tout au long de la journée. En fonction de la lune. Normalement il suffit de demander à un habitant du coin pour qu’il nous explique comment les prévoir mais avec notre anglais de base (ridicule) on ne tente même pas. On apprend donc de nous même tel des Robinson lol.

Ce qui nous a permit une belle frousse. Et oui, bille en tête pour la plongée malgré que nous étions les seuls à y aller (alors que souvent y’a pleins d’autres vacanciers), on s’engage dans les « channels » (couloirs d’eau qui mènent à la barrière de corail) mais y’avait pas de fond. Pas comme d’habitude. Ma foi, partit pour partit on continue… Peu de luminosité à ce moment, on profite malgré tout de la barrière de corail, on voit quelques beaux poissons, et encore un requin. Le pied.

Mais le plus dur était ce qui nous attendait. Quand l’eau baisse, et bien les poissons ont moins d’espace, donc en nageant ; on assez proche d’eux. Et certains n’aiment pas trop. On les a surnommé les « Piranhas ». Ils nous regardent, nous fixent et ne bougent plus une nageoire, se mettent en banc tous dans le même sens (contre nous). Vraiment on a pas rigolé. Et Thib qui est souvent prêt à foncer dans le tas, et bien bizarrement n’a pas tenté ce coup ci lol. On a gentillement fait demi-tour et on a continué d’observer les autres plus agréables. Et pour continuer dans le moins drôle. Au moment de retrouver un des « channels », on se rend compte que vraiment l’eau baisse, et qu’on a le ventre a deux centimètre du sol (grosse interdiction de finir debout, ça fout en l’air les coraux, risques de marcher sur un « truc » vivant, vraiment c’est interdit et c’est normal), donc on nage tant bien que mal avec la peur de taper/rapper le bidon sur les coraux, les poissons (ceux qui ressemblent à des bâtons qui coulent, clamait du bec en nous voyant passer trop prêt d’eux. Autant vous dire que c’était la frousse totale sur le coup. Mais bon, retour sur la terre ferme sans dégât.

Il se fait 16h30, sieste oblige…

17h : on est seuls sur notre coin de paradis (tout le monde part se changer pour assister au coucher de soleil sur le banc de sable), et on profite du silence humain, on se concentre sur ces vagues, ces oiseaux et rien d’autres. C’est fou. C’est juste magique. On se rend compte à quel point, on est rien, à quel point le monde est grand et que la terre nous offre la possibilité de voir des choses extraordinaires. Rien à voir avec nos villes, la pollution, nos soirées, nos futilités.

Enfin après ce moment de méditation, il se fait 17h45 et l’heure est à la remise en forme corporel après celle de l’esprit.

Ni une ni deux, direction la salle de sport pour 1h de running. Mon tendre mari a de sérieux coups de soleil aux pieds (il est content d’avoir une excuse pour ne pas faire de sport) du coup, il me propose gentillement de m’attendre au bar (pas d’inquiétude toutes les nanas sont soit venues en lune de miel ou trop vieilles ou trop … Pas son style lol). Non sérieux tout le monde est en couple ^^.

Je le retrouve 1h après.
Petit jacuzzi pour se détendre après le running. Puis dîner toujours aussi délicieux. On découvre vraiment de bons plats des quatres coins du monde.

Ce matin…

Levés 7h pour aller plonger. Mais … Marrée basse donc changement de plan (on allait pas recommencer comme la veille). Petit déjeuner et sieste en attendant que l’océan monte. 10h30 chose faite. Plongée jusqu’à 12h. Exceptionnel. Pleins de requins, des poissons énormes (qui sont d’ailleurs plus impressionnants que les requins). L’immensité de l’océan me fascine !

Déjeuner et plongée again. Petite sieste au soleil en attendant le fil de la journée.
16h45 : direction le bout de la dune de sable blanc. Un régal pour les yeux. Personne à cette heure ci. On a trouvé ça magnifique. Une carte postale ou une pub ventant la beauté des Maldives. Ce long chemin de sable blanc étendu dans l’océan en fait même mal aux yeux. Cette Beauté.

Retour à la villa pour se rendre ensuite à la salle de sport.

Ce soir c’est buffet avec spécialité française. Alors on se motive a aller courir un peu, car on compte bien se faire un petit « bar à vin » à notre façon au resto. On imagine qu’il y aura charcuterie et fromage de chez nous. À voir…

Et nous avions donc vu juste… Fromage en tout genre, charcuterie, pain, noix ont fait l’objet d’un apéro digne de ce nom pour débuter notre dîner. Bien-sûr accompagné d’un bon verre de vin rouge. S’est fait suivre : salade niçoise, bœuf bourguignon, blanquette de veau, pomme noisette, gratin dauphinois, Paris Brest, mousse au chocolat (avec du cacao d’ici une tuerie) éclair, crème brûlée. Tout était au rendez vous. On a voulu goûter pour voir s’ils savaient les cuisiner ou si cela allait juste porter le nom français. Et à notre grand étonnement tout était parfait.

Vendredi :

debout 7h pour aller plonger mais marée basse encore donc changement de programme c’est partit pour le petit déjeuner. Petit moment lecture au bord de l’océan et premier saut à la piscine (celle vers le sauna). Petit cocktail pour accompagner ce « saut » et thé glacé pour moi. J’essaye de bien boire car étant très sujet au crampe, je m’hydrate à fond pour éviter que celles-ci me disent bonjour quand je suis en pleine plongée.

Plongée again, c’était encore fou. L’immensité de l’océan, quand on dépasse la barrière de corail et qu’on se retrouve nez à nez avec le bleu. C’est comme si on était sur une falaise, qu’on regarde le vide et surtout qu’on a une vue de haut de tout ce qu’il se passe en bas. C’est pareil sous l’océan. Il y a comme une falaise et on y observe des choses incroyable. Des poissons qui ne restent Qu’en bande. Ou en ligne à la file indienne, des solitaires comme le requins.

(Pour le « scoop » ça ne sert à rien de chercher un Aileron de requin pour savoir s’ils sont là ou pas. Ils sont là, mais ne monte jamais à la surface à part pour chasser ouvertement).

Vers la surface (où nous sommes amené à nager quand on fait du bateau ou quand on nage en mer quoi) il y a plein plein plein de poissons, et pour le coup, ils n’ont pas forcément peur de nous. Je le saurais maintenant. Lol.
Dans les coraux, c’est étonnant, même spectaculaire, on a vu des coraux bouger, s’ouvrir et se fermer. Des poissons se nager après, des se tourner autour comme s’ils se séduisaient.

Notre nouvel objectif une raie ou une tortue. (Je ne vous cache pas que j’attends toujours désespérément mes dauphins…).

Déjeuner et re-plongée. Puis sieste à l’ombre. Retour à la maison prendre nos affaires de sport et déposer nos palmes, nous voulions tenter la deuxième piscine bord de plage avec remous. Splendide. Vu imparable, sensation de liberté, des petits canapés cocon effet romantique assuré.

Salle de sport (on ne change pas les bonnes habitudes). Puis préparation pour aller dîner. Ce soir c’était spécialité épicé. Au menu : couscous, médaillon de porc à la moutarde de Dijon (représente si si mdr) et j’en passe. Ensuite, on s’est dit qu’on allait tenter un nouveau bar, « Dhoni bar » ; juste terrible. Éclairé à la couleur des bougies au début pour se finir à la couleur des lanternes bleu pour éclairer l’eau. On a pu passer un moment à contempler les étoiles, les requins chassant dans l’eau le tout en sirotant un cocktail et fumant une chicha. Et oui, on est aux Maldives alors on d’octroi des petits extra.

Retour à la maison, il fait plutôt noir, l’île est centrée sur la nature et l’acclimatation des animaux donc ils évitent les gros spots et privilégient de petits éclairages. Seul hic… Les chauves souris, si ici il n’y a ni serpents, ni singes, (« No snake, no monkey » comme dit le Monsieur du restaurant), nous cohabitons en revanche avec les chauves souris. Pas embêtantes pour un sous, seulement la nuit elles mangent… Et se jettent dans les palmiers… Qui détiennent accessoirement des noix de coco… Et les font tomber… Donc la nuit, sur le retour on se demande chaque fois si on ne va pas en prendre une sur le coin du nez… Alors parfois on se surprend à marcher avec le bras autour de la tête (des mongoles vous avez dit ? Oui mdr).

Samedi (seul samedi que nous ferons ici) et comme depuis le début des vacances on se réveille avec la lumière du soleil. J’adore ça. Me levant souvent vers 5h pour aller faire pipi j’ai l’immense plaisir de voir en ouvrant les yeux le ciel rose pâle ; Côté paradisiaque (à mon sens). On a un lit baldaquin donc on ferme les rideaux blanc et on ouvre les stores, ce qui permets d’avoir la lumière mais de ne pas être vu par les voisins dans notre sommeil. Ce n’est pas négligeable quand même. Lol.

Du coup chaque matin, on se réveille vers 7h, on va voir quelle est la marée et on se décide ensuite. Aujourd’hui, encore marée basse. Donc « Go for breakfast » !

Puis, on se trouve un petit endroit seul au monde pour changer de panorama.

Ici, c’est étonnant, il fait un soleil de fou, le sable ressemble à de la farine tant par sa couleur que par sa finesse. On ne peut rester sans lunette de soleil tellement c’est lumineux. L’eau est tellement bleu turquoise, le sable tellement blanc, que le ciel perd son bleu, et on aurait tendance à avoir l’illusion qu’il est d’humeur à passer au gris. Mais pas du tout. C’est un bleu ciel comme on voudrait en avoir en France chaque jour pour le reste de notre vie et ici, il est limite pas du paysage.

Aujourd’hui la plongée fut belle. Un banc de 6 requins entrain de manger nous ont fait s’iriser le poil (faut dire ce qu’il est), de nouveaux poissons (énormes) ont fait leur apparitions, je pense que ce sont ceux qu’ils pêchent lors de la sortie « pêche aux gros ». Donc autant vous dire qu’ils ne donnent pas envie de s’en approcher. Et toujours ces petites merveilles, qui d’ailleurs nous mettent dans un univers exceptionnel, sous l’eau vous savez qu’on entend très bien. Et bien, je ne vous avais encore pas dit (je crois) mais on entend leur vie, on les entend manger le corail, ça fait un bruit tel un grésillement de tous les côtés. On a vu un poisson avec des dents, un peu comme les miennes de devant (c’est vous dire la tête qu’il avait mdr), il attaquait les coraux comme quand nous on mange un melon sans couvert, on tape le fruit avec les dents pour bien tout manger, et bien ce poisson c’est pareil. Trop bizarre lol.

Retour sur le lagon où j’ai gardé mes palmes pour nager un peu en long en large et en travers.

On ressent une liberté et un bien être, même le yoga ne peut apporter ce pur moment de relaxation.

Thib m’appelle Fifi, non pas seulement car je m’étais fait deux nattes pour aller nager (la mer m’assèche énormément les cheveux et me les emmêlent beaucoup), mais parce qu’il me dit qu’avec mon nez rouge je ressemble encore plus à mon père… Comment devons-nous le prendre Papa? lol

Il est assez drôle d’ailleurs, car mon cher et tendre, à cause de son coup de soleil très prononcé dans le dos – une écrevisse n’est rien à côté de lui.

C’est une des limites des joies de la plongée, on prend cher, vu qu’on nage au moment les plus ensoleillés ce qui veut dire 10h-14h pour bien voir les poissons, et qu’on est en surface, le soleil nous brûle en fait c’est le terme, nous brûle, et qu’on a dû en faire les frais pour comprendre les techniques à acquérir.

Thib fait de la plongée avec un t-shirt comme les bébés, il a son petit t-shirt pour aller dans l’eau. Il est tout mignon tient. Ici, il n’en loupe pas une en fait. Et il est parfois chiant (c’est le terme aussi), il a en tête d’aller emmener à manger aux poissons. Mais il n’a pas dû saisir encore que ce ne sont pas ceux qu’ils pêchent avec Papa. Ils s’en foutent de son pain et de sa bananes, les poissons ici mangent des coraux, des algues, des trucs visqueux. Alors bon, hors le fait, qu’on est pas là pour les nourrir (mais les observer) ni « détraquer » leur façon de s’alimenter (et si jamais ça leur faisait qqch, l’angoisse quoi). Il a quand même tester avec une banane, il a été déçu, ils n’en ont rien eu à foutre (c’est le mot mdr).

Il a aussi trouvé une façon de laver ses habits de sport ou celui avec lequel il va dans l’eau (vous savez le passage où il se baigne comme les bébés avec un t-shirt), oui mon Thib garde ses habits sous la douche et les savonnent directement sur lui. Il me dit : « ha bah j’avais trop la flemme  » mdr.

Et dire qu’il va falloir qu’on rentre à un moment donné…

Nouvel objectif :  » travailler plus pour économiser plus et partir plus » voilà ce qui ressort actuellement. On se rend compte à quel point on ne connaît rien au bienfait que la nature peut nous donner.

Thib me vanne en me disant que je programme tout, c’est vrai j’aime bien savoir ce que l’on va faire. En fait, je réfléchis aux nombreuses éventualités à faire, je m’organise quelque chose dans ma tête et il n’a plus qu’à se laisser guider. Et il voit que c’est top. On fait comme chaque soir, direction salle de sport. Et j’ai réfléchis dans l’aprem, je dis à Thib de prendre son maillot de bain. Après une heure de sport, plus que quelques personnes dans la piscine, il fait nuit c’est tout éclairé avec la cascade, hop en maillot et détente dans la piscine, après avoir tout donné à la salle. Terrible. Trop bien. J’ai eu une petite pensée à ma Erik qui fait souvent ça l’été, faire son sport et aller se détendre après dans sa piscine. Quel plaisir.

Direction la chambre puis le dîner. Nous sommes ensuite parti comme nous nous l’étions dit au ponton/bar. Thib rentabilise le « all inclusive ».

Encore une fois lol nous avons vu des dizaines et dizaines de crabes sur le bord de l’eau, alors aller savoir ce qu’ils faisaient mais ils bossaient dur et tous en ligne. Parfois les bêtes m’impressionnent.

Dimanche :

on change les programmes, et oui le changement c’est bien aussi. On a passé 5 jours à aller au sport les soirs donc à ne pas profiter du coucher de soleil et du plaisir de siroter un cocktail avant de manger. On préférait se réveiller plus tranquillement le matin. Et bien pour ces 5 prochains jours, on échange. Mais je serai seule à le faire lol. Thib est dégoûté de ne plus faire de sport mais c’est  » just no Way le matin ». Et les soirs j’ai vraiment envie qu’on profite de la beauté du paysage et de la tranquillité du cocktail après la rude journée au soleil. Lol. Et impossible de faire l’impasse sur le sport. Avec tout ce que je mange ici (c’est tellement bon) que ça me permet d’être « no stress ». Le but n’étant pas de rentrer et d’être à la diet. Merci bien. Puis j’ai terriblement envie de faire ma première course bientôt alors « Go pour l’entraînement ».

Après mes 1h de run, douche et petit déjeuner, c’est dimanche alors brunch sucré/salé « y’en à assez » … Lol

Direction la plage et petit arrêt au « Garden Hydroponic ».

Ce que j’aime chez Thib c’est quand il a envie de faire quelque chose, il veut qu’on fasse tous les jardins de l’île (très bien, j’adore apprendre de nouvelles choses et les découvrir mais surtout aller au bout de ce que je commence) mais avec Thib c’est plus compliqué… Oui, car lui il change vite d’envie. Donc on commence le jardin, je me fascine devant leur plantation, me rend compte de comment ils font pousser les palmiers, que beaucoup d’épices servit à l’hôtel sont récoltés ici. Mais… Thib lui, en ayant yeuté deux minutes me dit : « ouais bon ok, on y va ? » Mdr.

Sur le coup, je le vanne quand même car c’est très fréquent ça chez lui.
Ma foi, on va se mettre sur des transats et c’est parti pour la plongée. Retour aux transats, et waaaah il est déjà 12h30. On a plongé 1h20. Bon et bien, paf on se sèche et direction le déjeuner.

Aujourd’hui on a l’excursion sur l’autre île. Donc on ne s’éloigne pas trop de la villa car on doit aller se préparer pas trop tard. Juste le temps de plonger un peu.

Évidemment pour l’excursion il est demandé aux femmes de se couvrir les cuisses et les épaules… Mais comment dire… Ici il fait 32 degré à l’ombre, je vous laisse imaginer en plein soleil. Puis c’est réglé je suis du genre à ne pas avoir de truc trop long (surtout en vacances, merci bien). Je fais du mieux que j’ai emmené surtout, et je pars en short et en t-shirt. Thib évidemment : »non non Mary, c’est cuisses couvertes, mets ton jogging avec lequel tu es venue… » BLAGUE !

Hors de question ! Vous avez déjà vu les réactions corporels des européens en plein soleil tropical ? Bah on ne ressemble à rien, on est trempé, pas bien, à la limite de tomber dans les pommes pour ma part tellement il fait chaud.
Je maintiens mon short et mon t-shirt.
Arrivant sur le petit bateau je vois que je ne suis pas la seule à ne pas me couvrir de ce temps. Et j’ai bien fait.

En fait, il faut savoir que les maldives on subit un coup état dernièrement. Le président élu s’est fait emprisonné et d’après les Maldiviens accusé à tord. Et ce sont des extrémistes qui ont prit le pouvoir. Depuis, ils demandent à ce que les femmes se couvrent etc.
Mais sur l’île où nous avons été, nous ne choquions pas, au contraire. Ils savent qu’on est des touristes. De plus, en observant, toutes les femmes ne se voilaient pas, ni n’étaient cachées. Il y avait de grosse pancartes qui disaient « libéré le président ».
Ils ont plus subis ces nouvelles règles que les adhérer.

(Aucun débat politique/religieux dans le groupe, je raconte notre voyage car vous y êtes tous pour qqch mais je ne veux pas qu’on fasse de débat sur ces sujets maldives, ce n’est ni le lieu ni le moment !)

L’Excursion fut un peu chaotique pour nous. Et pour cause… Il faisait hyper chaud, mes jambes se sont mises à gonfler, j’avais trop mal, mon allergie au soleil is back et les moustiques se sont jetés sur moi ! Haaaaa l’angoisse. C’est ça d’avoir un short haha.

On a fait un tour dans la ville, les ruelles étaient sympa, mais très pauvre. On voit l’envers du décor paradisiaque. Quelques boutiques souvenirs, où on s’est fait avoir. Et oui, le seul kiff d’être dans un pays étrangers c’est de pouvoir parler français sans qu’ils ne comprennent, pouvoir se dire « c’est trop cher, on se casse », ou encore « négocie le prix » ou même « il se fout de nous, c’est trop moche » etc. Mais là… Ce gros malin parlait français. Donc on commence à se parler et là… Il nous répond. Mdr. Il nous fait « un prix d’ami », nous offre deux bouteilles d’eau. Comment ne pas prendre chez lui notre album photo? Et comme tout vendeur de tapis… Il nous sort un petit : « rien d’autres qui vous plaisent ? » Comme deux cons, on se sent piégé, et de la peine pour lui. Aller on va lui prendre le petit cadre que j’avais repéré. Et paf nos 40$ y passent. Problème… On avait que ça et surtout on voulait donner un pourboire à Adam. (Notre serveur au restaurant). Bye bye le pourboire d’Adam, on lui fera un virement mdr. Non sérieux on est dégoutés.

Retour sur notre île, on prie pour voir des dauphins mais … Rien !

18h : Go Go Go au bout de l’île pour voir le coucher du soleil. Notre premier. Et bien-sûr y’a des nuages. On profite quand même de la beauté du soleil. Et mon Thib m’a fait éperdument rire. Et oui, il me dit très sérieusement « Mary tu ne mets pas tes lunettes de soleil? » (Lui les avaient). Je lui réponds » haha très drôle ». Et je me retourne en voyant … Qu’il les avait sur le nez. Je me demande jusqu’à quand va durer sa blague. Puis, je me rends compte que non il est sérieux. Il veut regarder un coucher de soleil (déjà bien débuté) avec ses lunettes. Je lui demande ce qu’il fout avec ses lunettes sur le pif. Et il me répond très sérieusement « bah quoi, faut mettre ses lunettes quand on regarde le soleil ». Sauf qu’il maintenait ça genre vraiment. Il finit par les enlever et en vous l’écrivant j’en pleure de rire. Car en y repensant qu’est ce qu’il est drôle mon mari. Avec sa petite tête qui dit que c’est vrai car « quand y’a éclipse solaire il faut mettre ses lunettes alors pour le coucher du soleil aussi car on le regarde ». Ce n’est pas dénué de sens me direz vous mais non, un coucher de soleil c’est sans lunette que ça se regarde lol.

Direction la villa, douche et resto. Spécialité maldiviens et Sri Lanka. Un pur délice. Et là encore j’ai bien rit. De très très très bonnes choses. De bons mélanges. Mais quelques uns très .. Épicés. Je fais goûté à Thib (qui a toujours une assiette de décalage avec moi, car je prends entrée et plat dans une) ce que je mange. Et sa tête était extraordinaire. Au début ça commence avec un « miiiiam c’est bon » puis ensuite on voit sa tête qui change ses yeux qui font une bille ronde, et là c’est « c’est épicé » puis 1 minute après : »wouhaaaa c’est vraiment épicé, du pain ».

Que j’ai rit.

Direction le bar pour un cocktail sous les étoiles. Le mec a mît trop de temps à venir du coup nous sommes rentrés. Trop fatigués pas pu faire de sieste de la journée. C’est dur, la vie de vacanciers !

Ce matin (lundi) debout pour la salle.

Ensuite petit déjeuner et plage. La marée est extrêmement basse donc on dort un peu en attendant, moi les jambes en l’air pour mes fucking mollets. En se réveillant, deux requins dans le lagon. Et paf, video vite car Thib voulait une video et pas seulement des photos. Puis on part à la plongée. On se fait surprendre par le courant qui nous emmène loi. Du coup, 1h30 de plongée. Terrible. 3 requins en chasse, on avouera que : « on flippe quand on les voit entrain d’aller vite et de se tortiller ».

On les détourne car hors de question de passer trop prêt quand ils sont 3 et qu’ils sont en mode vénère. On voit deux muraignes (les poissons d’Ursula dans la petite sirène). C’est très rare d’en voir et il ne faut pas s’en approcher car c’est méchant. Mais on est ravie d’en voir car ça reste impressionnant. On continue de voir des choses magnifiques et on espère que la Go pro en témoignera.

Retour au transat et direction le déjeuner. On se demande quand est ce qu’on va voir nos dauphins, tortues et raies.

On avouera aussi qu’on a été voir le tableau des poissons que l’on peut trouver aux Maldives et comment dire… Benh y’a pas que des « nemos » quoi. Plusieurs espèces de requins dont certains vraiment pas commode (pour ne pas dire très méchants), des poissons plutôt très gros, ou plutôt pas gentil. Mais on y pense pas.

Retour de table, direction (je vous le laisse en mille) la plongée, on adore. L’univers dans lequel ça nous plonge est juste indescriptible, puis cette envie de voir des nouveautés car on en découvre à chaque sortie. On se met à l’eau comme d’habitude. C’est parti… Tellement bien que j’ai de l’eau dans mon masque. On s’arrête vite fait, je fais le nécessaire et paf, on y retourne. Et là… Une RAIE léopard. Juste là, qui nage devant nous. Pfff dingue. C’est grand, tout noir avec des tâches et deux trucs devant comme des antennes. On était fous.

C’est LE moment pour tous les habitants le l’île. Rendez-vous à partir de 17h30 pour commencer à voir le ciel changer de couleur. Quelques photos, on ne doit pas être de grand romantique car ça n’allait pas assez vite pour nous. Puis il faut avouer qu’avec notre chance, ça fait déjà deux fois que c’est nuageux quand on y va. Donc 18h10, changement de cap, direction le bar le plus proche. Ni une ni deux, on se commande un cocktail, et bien-sûr comme à son habitude depuis le début des vacances, Thibault en choisit un dégueulasse. Amer au possible, mais lui tant que y’a de l’alcool il termine ses verres. Et les miens par la même occasion (et oui, même en vacs je bois que très peu, faut s’y faire j’ai changé, puis ce n’est pas plus mal car je coûte vraiment pas cher, puisqu’avec deux gorgées je suis pompette et j’amuse mon mari, vous me direz c’est le principal lol).

Et là, sur le ponton, Thibault me dit « regarde Mary une raie »  Non ! Génial, grande et élancée, grise elle longeait le bord, et non loin paf une deuxième. Génial ! Mais ça ne s’arrête pas là, quand tout les gens était à côté de nous pour prendre des photos et s’émerveillés devant ces raies qui faisaient des aller retour, comme si elles voulaient faire les intéressantes et que l’on les prennent en photos et les admire, voilà la bête de cette île, le requin. Il est venu se coller à la raie, mais se sont ignorés totalement. C’est étrange de voir ses deux grosses bêtes se passer l’un à côté de l’autre comme s’ils n’existaient pas. Après ce fabuleux spectacle marin, retour à la maison pour aller dîner. Buffet américain. Grande question, à part les hamburgers quelle peut être leur spécialité ? Étonnamment à part ce plat, on avouera qu’il n’y a pas grand chose à manger de vraiment extra. Mise à part leur « pâté de pain » et leur brownie.

Retour à la maison, on voulait se faire un jacuzzi mais on a oublié de l’allumer et il était trop froid. Ben oui, 32 degré c’est devenu « heuuuu trop froid ». Même l’océan est plus chaud.

À part les courants froid quand on nage entre la barrière de corail et le grand bleu qui nous gèlent le popotins ! D’ailleurs qu’est ce que c’est étrange comme phénomène. D’être d’un coup à une eau à température « normale » enfin plutôt constante partout puis d’un coup, très chaud, et peu de temps après gelée. En plus, quand ça fait ça, on se croirait dans un film, on se dit toujours « oh là, qu’est ce qu’il va arriver? » Genre quel gros poisson allons nous voir. J’ai toujours en tête cette scène dans Némo, où il est avec Dori et que l’air de rien il nage. Et une ombre arrive vers eux, qu’ils ne s’inquiètent pas, même ils se demandent ce que c’est. Et là, en deux deux, une énorme baleine prête à les manger. Et bien chaque fois  que l’on change de courant d’un coup, je m’imagine cette scène. Et me demande si je vais voir apparaître une énorme baleine. Mdr c’est vrai en plus. Une scène de dessin animé qui m’a marqué apparement lol.

Enfin, pour revenir à nos programmes d’ici, du coup, on va se coucher. Et comme à notre habitude on se blinde de crème… Et puis, comme je vous l’avais dit. Thib avait plein de cloque dans le dos. Attention histoire très marrante à venir… J’en souris déjà encore.

Petit retour en arrière pour resituer :

Le matin, je décide de me faire un gommage pour enlever les peaux mortes et éviter les bronzages ternes et bronzer avec une belle peau, Thib me voyant faire me dit « pff ça tu vois c’est bien le truc que je ne me ferais pas ! ». Moi pas contrariante, je lui dis, c’est dommage car ce serait bien pour ce que tu as mais bon.
Thib me dit « tient d’ailleurs regarde je crois que je n’ai plus d’ampoules, tu peux me dire? », en effet, il n’avait plus rien. Trop heureux le petit, il saute limite partout et me vanne avec mes gros mollets et mon allergie (moi dans ma tête : Dieu est grand mon bonhomme, ne l’oublie pas…).

On part faire notre journée…

Retour au soir : je lui avais fait un massage à l’huile avant le dîner pour hydrater sa peau, puis je lui avais dit « Thib tu pèles là, ça fait bizarre. Faut vraiment faire un gommage tout doux ». Lui ne relève pas, et ne s’inquiète même pas. OK.

Je lui mets donc sa crème pour le dos, et j’insiste, en lui demandant de se lever pour regarder. Et là…. (Même réaction que y’a 6 ans quand je lui ai coupé les cheveux à la Mireille Mathieu… Mdrrrrr ). Cette tête extraordinaire qui a changé d’un coup. En me disant « non mais là c’est une blague », puis « non mais non. Mais attend je me foutais de la gueule des gens qui avaient ça en vacances quand j’étais plus jeune ». Je lui dis bon attend je vais te faire le gommage. Je prends un gant, et tout doucement j’enlève les grosses peaux qui étaient noirs à cause des crèmes quand on touche quoi. Je fais du mieux que je peux. Et il se re-regarde dans la glace. Et là, il me dit, « je rentre à Paris demain » (déjà qu’est ce qu’il va aller foutre à Paris on est garés à Lyon, » je ne reste pas comme ça, la honte » (moi bien-sûr en pleure de rire, de voir cette scène juste trop drôle.

Il passe du mec genre : pouaf moi hors de question pas de gommage !
Au mec trop naïf pas inquiet quand je lui dis que son dos n’est pas des plus joli.
Au mec trop étonné et sur le cul qui se demande pourquoi ça lui arrive.
Au mec trop dégoûté, prêt à rentrer en France et quitter ce paradis.

Mon dieu que j’ai ris, et que je ris encore en le racontant.

Alors aujourd’hui sachez qu’il a les fesses sur son transat et ne va même pas regarder le requin venu chasser au bord. Il a peur du regard des autres mdr. Comme quoi, moque toi trop de ton voisin, et pire tu auras… Quelques choses comme ça le dicton hein mdr.

Nous voilà sur le départ, je ne vous ai pas redonner de nos nouvelles, je sais, hors le fait que Thib m’a téléchargé le livre « 50 nuances de Grey » que j’ai envie de lire après l’avoir vu au ciné, j’ai envie de comprendre pourquoi on parle d’une déception. Puis, les derniers jours sont nostalgiques, on est mitigé par le sentiment de plaisance intense et celui de devoir bientôt dire au revoir à tout ça.

Ce paradis, ce rêve bleu. 

Je n’y crois pas c’est merveilleux (ouais musique d’Aladin qui résonne dans ma tête en l’écrivant). 

On rentre bientôt, je vous raconterai tout ça de vives voix. On vous écrit pour vous dire qu’on décolle et qu’on atterrit« .

_________________________________________

Voilà, vous savez tout, mais débriefons un peu ensemble, et aussi, que je vous donne mon retour sur ce voyage 3 ans après.

Ce que vous avez pu constater :

Je voue une passion pour les voyages depuis bien longtemps, je vous ferais un retour sur la plupart, j’ai envie de vous partager tout ça car j’ai toujours tout gardé précieusement chacun d’eux, bon pas lors de récit si précis comme celui-ci car là nous avons pu le faire grâce aux cadeaux pour notre mariage, mais j’suis une âme qui écrit, j’écris beaucoup, et j’aime laisser une trace, des mots. Je ne sais pas, en tout cas de me relire m’a rappelé encore mieux chaque moment, j’ai ris, j’ai eu le ventre tout chamboulé d’amour.

Vous avez pu constater également que je fais vraiment du sport quotidiennement depuis fort longtemps.

Que je l’ai toujours fait dans la même optique : plus de sport pour manger plus et garder la ligne ! Ma devise lol.

Que nous étions en extase pour un trampoline mis en plein milieu de l’eau, eh oui, premier voyage hors concept club, on avait des restes de jeunesse.

Vous avez pu constater aussi que j’ai toujours dis des conneries, j’appelais les Bernard l’ermite : des Thierry car j’suis vraiment un boulet.

J’ai eut ma première rétention d’eau aux Maldives.

J’ai eu une cloque sur le nez qui a tellement ruiné mon pif, que maintenant, dès que je m’expose, s’il n’est pas « sur »-protégé : je deviens BOSO le Clown ! Ravissante que je suis ensuite.

Je faisais des demi-selfie, aller savoir pourquoi ?!

J’avais les cheveux tellement longs : unique regret !

Thib a vu son tout premier coucher de soleil et il a bien faillit le louper en gardant es lunettes de soleil MDR

On a changé de chambre la dernière nuit pour vivre l’expérience d’un réveil sur Pilotis, quel bonheur.

Déjà là, je rêvais de voir des dauphins dans l’eau, ce rêve aura été réalisé à L’ile Maurice.

Si vous êtes vous aussi adeptes, je regardais à l’époque « les Marseillais », « les anges de la télé réalité » et il avait eut un « slogan : « On est où ? AU PARADIIIIIS ! » : J’ai fait ça toutes les vacances mdr #insupportable.

Je voue une passion pour mon mari, on se moque, on se taquine, et qu’est ce qu’on s’aime. Il me vanne souvent, car il déteste que je parle de lui et de ses bourdes (fierté masculine, vous l’aurez compris) quand il m’entend ou apprend que j’ai raconté ces histoires, il me dit « toi de toute façon, t’es perdu sans moi, faut vraiment que tu parles tout le temps de moi » mdr. Rageux, et je lui réponds soit : « bah méfie toi du jour où ce ne sera plus le cas… » ou « bah oui mais je t’aime » : dans les deux cas : ça lui cloue le bec ^^

J’ai commencé mon histoire instagram timidement en mars 2015, grâce à Cathy qui m’a partagé, et dont j’étais tellement touchée que j’ai gardé cette capture d’écran dans mon album de voyage. Instagram n’est pas un outil professionnel pour moi, il est depuis le début un partage, un moyen de découvrir, de s’inspirer, de se rencontrer, d’échanger.

Merci à celles qui m’ont écrit hier me disant qu’elles étaient toutes émues de revoir ce partage qui les avait fait me découvrir et qu’elles aimaient toujours autant me suivre, années après années, étapes après étapes. MERCI…

Ce que vous ne savez pas :

C’est un voyage qui vaut cher, on en reparlera dans mon prochain article sur les Maldives, et les deux premiers jours je faisais que des cauchemars, je dormais très mal car je culpabilisais d’avoir dépensé autant d’argent dans un voyage.

Ce n’est que quelques jours après, que je me suis confiée à Thib et il m’a dit : « bah soit tu culpabilises encore et tu te gâches ton séjour de rêve, et de toute façon il est payé et on ne sera pas remboursé, soit tu kiff ton moment et au moins l’argent dépensé est un vraiment gros kiff ».

C’est bizarre, mais oui, j’ai eu cette « présence » d’esprit de me dire, mais Mary, certaines personnes ne mettront jamais cet argent de côté dans leur vie et toi à 25 ans tu te barres aux Maldives, mais non, tu dois le garder, faire des travaux chez toi, le placer pour tes enfants. J’ai vraiment culpabilisé deux nuits complètes, je m’en souviens comme si c’était hier.

Au moins, de l’avoir écrit, et aujourd’hui de pouvoir relire mon récit de vacances me rappelle à quel point c’est beau de voyager, et que moi, j’en ai besoin. Que j’aime me retrouver avec mon mari loin de tout, que j’aime ces moments, qu’on s’est toujours suffit à nous même et en vacances on se retrouve encore mieux, plus profondément (rassurez moi, personne ne pense un truc chelou, ok c’est bon, on est sur la même longueur d’ondes…MDR).

.

Ce que ce voyage me fait quand j’y repense encore aujourd’hui :

Quand je me suis lancée dans l’idée de vous retranscrire mon voyages aux Maldives 3 ans après, je me disais que je me souvenais de tout, mais en le relisant, je me suis rendue compte que OUI, je me souvenais de tout. Chaque détail, chaque instant, chaque sentiments et ressentis éprouvés, je me souviens de tout. Je nous revois nous regarder, nous prendre la main et aller vers ce Grand Bleu, comme je l’appelle. Mon Dieu que c’était beau, que c’était grand. Dieu a crée une Terre incroyablement magnifique.

Je ressens ces frissons que j’avais sous l’eau, ces expressions lorsqu’on se parlait en geste pour se montrer des poissons, cette euphorie quand on retournait sur le sable, cette excitation d’y retourner chaque fois. Notre voyage a été rythmé par le calme au soleil, regarder au loin, regarder ce paradis, prendre conscience qu’on était au Paradis, qu’on était là, dans cette carte postale, dans cette pub de voyages qu’on regarde passer depuis des années et qu’on se dit : « si je gagne au loto je vais là », on prenait conscience qu’on y était, on prenait conscience qu’on avait cette chance, qu’on le vivait ensemble. Je me souviens nous dire, qu’après ça, on ne pourrait jamais se séparer, on se sentait comme lié à vie. Vous savez, de vous en parler 3 ans après, de me replonger dans mes souvenirs, dans ce voyage, ça me rend heureuse, je ne fais pas de comparaison avec mon état d’esprit d’aujourd’hui, non, juste, de me souvenir de ces moments, de ce voyage, de ce que j’ai ressenti, de ce que j’ai vu, ça me rend heureuse. Je souris, bêtement, et seule devant mon pc, Lyanna dort et Thib n’est pas là, je suis donc bien seule, à sourire.

Vous voulez que je vous dise, ce que je me rends surtout compte à l’heure actuelle, c’est que mes voyages ne me font pas simplement kiffer sur le moment, j’aime tellement profondément voyager, je les vis tellement à coeur, et en pleine conscience que même trois ans après, ils me rendent aussi heureuse que le jour où j’y étais. Finalement, c’est un bon retour sur investissement non ?

Je vous embrasse, et j’ai hâte de vous lire en commentaires.

Beaucoup d’amour.

Something is wrong.
Instagram token error.
Visit us on FacebookVisit us on PinterestVisit us on Youtube