Hello les filles,
 *
Me voilà, aujourd’hui, le 26 décembre 2016, avec une grande nouvelle, bon ok, quand vous lirez mon article, vous saurez déjà que ma Douce Lyanna est née, mais cependant, je voulais vous raconter le déroulement de tout ça depuis le 18 décembre…
 *
Comme je vous l’avais dit, j’ai été hospitalisée le 18 pour maux de ventre, et un début de gastro a été détecté (ou une intoxication alimentaire, finalement ils ne sont pas tellement fixés), en tout cas, ceci a induit de me faire des prises de sang, qui se sont révélées ne pas être bonnes, c’est à dire avec des taux d’acide biliaire et de phosphates alcaline qui dépassaient de bien trop les normes.
 *

Les médecins m’avaient donc quand même laissés rentrer en me disant que seule cette ligne déconnait, qu’il fallait que je sois suivie et que je devais faire attention aux mouvements de mon bébé. J’avais donc 3 monitorings par semaine et plus uniquement deux, je devais vérifier les mouvements de bébé et voir si je commençais à me gratter ou non sur le ventre, les pieds ou les mains, si un des symptômes arrivaient je devais aller à la maternité directement. J’avais l’ordre de reprendre ma vie normalement, sans aucune restriction, prévention ou autre chose.
 *
J’ai donc repris ma vie, en me reposant plus souvent comme je le faisais depuis le 18 novembre, en continuant de faire mon petit sport quotidien car j’en avais besoin, et que je n’avais aucun contre-avis médical sur cela, bien au contraire, le sport aide pour récupérer d’un accouchement, aide à retrouver la taille de son utérus et aide lors de l’effort des poussées et du souffle à l’accouchement, donc pourquoi arrêter si tous me disaient que c’était bon?
 *
J’ai certes eu une belle remarque d’une nana sur Instagram qui s’est permise de m’insulter de « maman à la con » et de « pauvre fille » car elle, elle avait arrêté le sport, et que sa belle-soeur sage femme lui avait dit que je devais arrêter aussi, que je mettais la vie de mon bébé en danger blabla… Alors c’est toujours intéressant de voir le jugement des gens, qui savent mieux que mes médecins qui me suivent depuis 1 an et demi… Elle m’a aussi dit que… elle avait galéré pour avoir un bébé et que j’étais en gros une conne, car moi j’faisais pas attention à ma fille, alors que des mamans galéraient pour avoir des enfants… Alors que bon, vous n’êtes pas sans savoir que j’ai eu recours à la stimulation ovarienne des mois durant car mon corps était bloqué par le stress et que j’ai bien cru au début que c’était un problème de fertilité etc.. Encore une fois, les gens peuvent montrer qu’ils parlent sans savoir. Mais bon, j’écoute que mes médecins, et j’suis désolée pour les filles qui doivent ou préfèrent arrêter le sport, en tout cas pas besoin d’être frustées et se venger sur celles qui continuent car elles ont la possibilité et l’accord de leur médecin…
Dans la grossesse y’a toujours des personnes qui se permettent de juger sans savoir, ou donner LEUR AVIS qui n’est PAS celui des spécialistes de santé et de la gynécologie, sous prétexte QU’ELLES, elles ne font pas comme ça, personne ne devrait le faire, mais non, bordel de merde ! Chacun sa vision des choses, chacun sa façon de faire (dans la mesure du raisonnable et de l’avis médical qu’on soit d’accord), et cela n’a pas à remettre en doute les intentions de la maman ou future maman, c’est quoi ça sérieux.
Ha oui, elle m’insultait aussi car j’avais dis que ma fille irait en couveuse, et que ça ne m’inquiétait pas… Mais dans ma clinique la couveuse c’est pas la néonat, c’est simplement un berceau avec un capot et l’enfant est en chambre avec nous. Donc non, je n’ai pas eu peur, non je n’ai pas stressé car dans tous les examens ma fille allait bien, elle était bien formé, en pleine forme, juste oui, avec un plus petit poids que la majorité des enfants, et alors ? Ni mon mari, ni moi sommes d’un gros gabarit, ce n’est pas perturbant qu’elle soit plus petite, et EN PLUS, un bébé de 4kg à terme peut aller en néonat ou dans la chambre en couveuse aussi et pour d’autres raisons.
Donc à toutes les filles qui se permettent de donner leur avis alors qu’elles n’y connaissent rien, celles qui insultent les femmes enceintes car elles font du sport, car elles prennent trop de poids ou pas assez, qui ne mangent pas comme ELLES ELLES considèrent qu’il faut manger, à toutes celles qui se permettent de juger, vraiment fermez-là. Faite votre grossesse comme vous le souhaitez, mais sachez que vous ne détenez aucune vérité, que chaque corps est différent, chaque bébé, chaque accouchement, donc que vous vous disiez « moi je ne le ferais pas », ok, chacun son choix mais de là à aller insulter celles qui ne font pas comme vous vous avez décidé qu’il fallait faire, c’est une honte.
Une femme enceinte qui fait du sport aime son enfant autant que celle qui est alitée ou à se goinfrer dans son canapé, on ne vit pas les choses de la même façon alors respectez juste qu’on est le droit d’être différentes et apprenez à être heureuse pour celles qui vivent de belles grossesses. Ce monde est trop fait de jugements, vous n’avez pas envie de changer ça sérieux?
On est là pour s’aider, pas pour s’enfoncer.
Heureusement, Dieu merci j’ai eu qu’une seule remarque de ce genre, et la folle pour la mocheté de mon ventre, mais j’ai trouvé ça dommage cette méchanceté gratuite, cette frustration remise sur le dos des autres. C’est dommage. Et je suis peinée pour les filles qui ne savent pas être heureuses pour les autres, et qui jugent sans essayé de parler en amont. Ma foi, tant pis… C’était une petite aparté mais qui me tenait à coeur, non pas pour moi, car j’ai assez confiance en moi pour ne pas être touchée, et je sais que jamais je n’aurai mis la vie de ma fille en danger, d’où ce qui va suivre, mais je suis outrée pour toutes ces femmes qui en prennent plein la gueule et feront un baby-blue ou pire une dépression post-partum car elles auront perdu confiance en elle, que c’est là, que ça peut devenir dangereux pour leur bébé. Pensez au mal que vous pouvez faire en critiquant la bienveillance d’une femme enceinte envers son enfant… Ne voyez pas le mal partout, la majorité des femmes enceintes qu’elles aient prévu leur grossesse ou non, veulent le bien de leur enfant à naître, alors respectez leur choix de vie, et renseignez-vous avant de l’ouvrir ou pas d’ailleurs, acceptez juste une façon de faire différente de la vôtre, ouverture d’esprit Mesdames, merci !
 *
Bref, tout ça pour dire que j’ai continué à aller marcher 2h par jour à mon rythme pour avoir un peu de mouvement dans ma journée.
 *
Je suis donc rentrée le mardi 20 décembre chez moi, c’est ma maman qui est venue me chercher, j’étais contente de pouvoir passer du temps avec elle après toutes ces prises de sang faites le matin qui partaient sur Paris plus la patience dont j’allais devoir faire preuve pour avoir les résultats… C’était le stress quand même.
 *
Les résultats de Paris sont arrivés le 23 décembre, et… angoisse, j’étais au dessus de ce qu’il fallait selon leur norme, et en regardant la signification de ces normes, cela indiquait : « risque de mort foetal modéré »… Panique ! Bah oui modéré ce n’est ni faible ni nul ! Quoi penser, pourquoi on ne m’appelle pas en voyant ces résultats qui complétaient les phosphates alcalines qui s’étaient déjà révélées mauvaises. 20h, mon docteur généraliste qui avait aussi reçu les résultats nous appelle, et veut savoir si on a eut des nouvelles de notre gynécologue, car ce genre de résultats ne sont pas à prendre à la légère…
 *
Bon, ok… On appelle notre gynécologue, qui nous rassure, me pose pas mal de questions sur mon état, comment je me sens, si je sens des changements avec les mouvements de bébé, si je me gratte, etc. Il me dit qu’on verra le 03 janvier lors de notre prochain rendez-vous si on décide de déclencher mon accouchement ou non en fonction de l’évolution de tout ça (prise de sang et symptômes). Rassurée ? Je ne sais pas, je le crois… Mais je suis pensive.
 *
Le 24 au matin, surprise, des petits points rouges sur mon ventre, léger mais bien là, je les montre à Thib, je fais une photo et les envoies à mon docteur. Il pense que c’est sans doute un angiome mais que je dois aller le voir lundi 26 si cela empire.
 *
Puis, je vois ma sage femme dans l’après-midi, je lui montre mon ventre, elle me dit que ce n’est rien, juste un signe de fin de grossesse… Ok, mais je suis dubitative malgré tout, bref, elle me fait un monitoring, parfait encore une fois selon elle, bébé est petite mais tonique, je ne savais pas que cette phrase serait si significative et réelle avant aujourd’hui ^^
 *
Le soir du 24, nous voilà parti faire la veillée de Noël à l’église, que ce fut difficile de rester immobile, debout, bon nombres de fois, mais rien d’inquiétant, fin de grossesse quoi. On est rentrés, on a fait notre dîner de réveillon en Amoureux, c’était romantique au possible et apaisant avec ces nouvelles, nous avions besoin de réconfort. Seulement voilà… l’heure de se coucher arrive et que vois-je en me mettant de la crème… Les points sur mon ventre sont plus accentués et plus nombreux, paf, direct une photo et en avant, ça part en pièce jointe sur le téléphone du docteur et de ma sage femme.
 *
Dimanche 25 au réveil, les points rouges sont comme la veille au matin légers mais bien présents.
J’attends des nouvelles de mes docteurs, mais je n’insiste pas, on est quand même le 25, et si j’ai un doute je sais où aller… Je passe la journée avec mes parents et Thibault, nous avons fêté Noël tous les 4 à la maison. Seulement voilà, Bébé bouge d’habitude ENORMEMENT, et là, bah elle avait signé aux abonnés paresseux, malgré toutes mes tentatives de stimulations qui fonctionnent directes d’habitude, là, non, j’aurai pu ne pas m’en rendre compte vu qu’on était en famille, mais justement, j’aime tellement faire toucher mon ventre à mes parents quand bébé bouge que forcément, là, bah ça manquait. Ils sont partis vers 18h, et avec Thibault on a commencé à se donner une deadline en se disant, qu’on allait se poser et qu’on verrait comment elle réagit. 20h, ma sage femme me répond et me dit qu’elle n’a pas pu ouvrir ma photo et me demande ce qu’il se passe… Je lui explique et l’informe de la situation actuelle, elle me dit qu’une diminution des mouvements de bébé entraîne une consultation, c’est donc parti, nous voilà en route pour la maternité.
 *
21h, nous avons été pris en charge, Lyanna fait déjà sa coquine et se met a me bouger une fois que j’étais installée sous monitoring, ouf c’est déjà ça, puis monitoring parfait encore une fois. On fait une prise de sang pour savoir si les échanges sont toujours fiables avec bébé et on examine mon col, modifié, court et ouvert à un peu plus de un. Je suis inquiète malgré tout, je discute avec la sage femme, et l’informe que je ne suis plus du tout sereine, que je veux être déclenchée. Dans notre clinique, il y a un protocole qui fait que quand nous venons consulter pour une diminution (ou absence) des mouvements du bébé, on doit revenir le lendemain pour refaire un contrôle de monito. La sage femme me demande si je veux rester la nuit ou si je préfère rentrer, elle me laissait choisir comme je n’étais pas rassurée. Je l’informe que non je préfère rentrer mais que demain je reviens bien et je veux une décision sur mon cas car je ne me sens pas de rester comme ça, pas convaincue de tout se qu’il se passe.
 *
Nous voilà arrivé à l’heure prévue pour retourner à la clinique, on fait le monitoring et on ré-examine mon col pour savoir s’il serait favorable à un éventuel déclenchement, chance, il était à deux, et oui, il faut savoir qu’avoir des rapports favorise l’ouverture du col, donc la veille… je ne vous fais pas de dessin… Je sentais que je devais être déclenchée, ne me demandé pas pourquoi, l’instinct sans doute…
 *
La sage femme appelle mon docteur, il me programme un déclenchement pour le lendemain matin, le mardi 27 décembre 2016. Quand elle est revenue en chambre nous l’annoncé, j’étais soulagée et Thibault, lui, est devenu blanc, c’était drôle. Elle nous a expliqué pourquoi le docteur acceptait et préférait aussi finalement même s’il aurait préféré qu’elle reste au chaud encore quelques une dizaine de jours vu qu’on l’estimait qu’à 2,6kg pour le terme (18 janvier) et de 2,2kg au moment de la dernière écho faite par le médecin de garde le 18 décembre.. On a pris les informations à connaître de :  comment cela se déroulait-il et nous sommes rentrés, on a prévenu nos proches en les informant que cela ne voulait pas du tout dire que j’allais accoucher dans la journée, car un déclenchement pour un premier accouchement pouvait prendre 48H, mais que Baby serait bien là en 2016 ^^
*
Le soir, nous avons invité mon petit frère et sa copine à venir fêter Noël avec nous car ils n’avaient pas pu être là le 25. J’étais bien, limite, on n’aurait pas pensé que j’allais accoucher le lendemain. Bon, seulement, j’ai eu encore une insomnie, j’avais des trucs en tête à finir avant de partir quelques jours de la maison, alors je les ai fini… Au détriment de ma nuit, mais de toute façon, quand j’ai un truc en tête autant le faire car je ne dors pas jusqu’à temps que ce n’est pas bouclé.
 *
Nous voilà, 7h10, l’heure du départ de la maison… On a tout, le sac de naissance, le sac de bébé et ma valise accompagné d’un sac pour Thib. En avant pour cette nouvelle aventure… En voiture, Thib n’était plus silencieux comme les autres fois où nous avions dû nous rendre à la clinique, bon, j’avoue avoir dû lui dire les fois d’avant qu’il me stressait à ne pas parler, donc là, il a fait un effort car il est de nature très protecteur avec moi et angoissé à l’idée qu’il puisse m’arriver quelques choses, idem pour sa fille cela va de soit (d’ailleurs, depuis qu’elle est née, je pense qu’il va prendre un cheveux blanc par seconde cet amour). On a discuté de tout et de rien, on a blagué. Je ne voulais pas trop y croire au fond, j’avais peur d’un changement de dernière minute, je suis comme ça, optimiste mais plus avec les autres que pour moi, mais je ne dis rien ni dans un sens ni dans l’autre pour ne pas attirer l’oeil.
En tout cas, je n’étais pas stressée, mais sereine, je me suis juste demandé : « et si je me trompais, et si j’allais trop vite dans les conclusions? », puis je me suis dis que dans tous les cas, elle était formé, avec ses organes développés, donc qu’on allait pouvoir gérer mais que dans tout les cas, je ne la sentais plus cette histoire…
 *
Voilà les filles comment j’ai été déclenché, comment Lyanna sera venue au monde, j’ai préféré couper mon récit, pour que déjà ça ne fasse pas trop long à lire, puis aussi que vous puissiez vous y retrouver.
 *
Pour un déclenchement d’accouchement, il faut savoir, que y’a plusieurs techniques et surtout différentes étapes, je vous raconte les miennes dans mon prochain article qui vous racontera tout mon accouchement avec mes ressentis sur le moment, et un autre avec l’après… C’est mieux ainsi, ce sera plus complet au moins et vous avez moins d’attente pour avoir de nos nouvelles que si j’attends de tout vous raconter en un seul article.
 *
_____________
 *
Je vous embrasse, et surtout, je tiens à vous remercier pour TOUUUUUT vos nombreux messages et commentaires, je fais au mieux pour lire et répondre mais en tout cas j’ai été méga touchée de toutes vos félicitations et accueil pour l’amour de notre vie. Merci merci merci les filles. Infiniment, merci.
*
A très vite, vite, vite 🙂
*
*
*
Visit us on FacebookVisit us on PinterestVisit us on Youtube