Coucou les filles,
 *
On se retrouve aujourd’hui, pour… le rapport avec mon corps après grossesse… Youpiiii, on adore ce sujet, nous les femmes, les mamans, les futures mamans…
 *
Et bien, moi en tant que Femme et Maman de ma Lyanna qui a 10 semaines au moment où je vous rédige mon ressenti, je ne suis sincèrement pas enthousiaste avec mon corps.
 *

Oh, on se calme hein, je vous sens déjà avec vos pensées : « mais elle est sérieuse elle, elle a pris 5 kilos, elle est toujours rentrée dans ses jeans même au terme, elle a déjà un ventre plat comme s’il elle n’avait pas été enceinte, et elle ose nous sortir qu’elle n’est pas enthousiaste, mais genre la meuf quoi ! »…
 *
Enfin quand je dis que je ne suis pas enthousiaste, pour vous dire la vérité, je commence à relativiser seulement après 10 semaines donc je ne vais pas crier victoire trop vite, ni vous faire celle qui s’est sentie bien dans ses baskets 10 minutes après la naissance de ma fille. Je vais même vous avouer que les premiers jours je me sentais au top du top, c’est au fur et à mesure que les jours ont défilés après mon retour à la maison que je ne me suis pas sentie « bien ».
 *
Bon déjà, ce qu’on va faire, c’est qu’avant de crier au scandale sur ma vision de moi-même, je vous invite à lire l’article où je me livre sur « mon rapport avec mon corps et pourquoi », déjà vous comprendrez un peu plus certaines choses, je mettais confié à vous il y a quelques temps, vous relatant mon passé, et ce qui a fait que j’ai parfois ce petit « blocage » avec mon appréciation corporel. Ce que je pense de l’importance de se sentir bien dans son jeans (façon de parler^^).
 *
Pour celles qui m’ont déjà lu, vous savez donc ce que j’ai pu ressentir, d’où viennent les peurs et les craintes que j’ai eu par rapport à l’évolution qu’aura mon corps après ma/mes grossesse(s).
 *
Malgré mes ressentis, la réalité est que j’ai toujours eu un faible IMC, donc oui j’ai toujours été « mince », de par mon alimentation, mon hygiène de vie, mon activité sportive, ça n’est donc pas par hasard, mais comme je vous le disais, j’ai toujours eu malgré tout une perception un peu faussée de mon reflet dans le miroir, et oui, j’ai des phases où j’ai l’impression d’avoir pris 5kg en un week-end passé chez mes parents, la sensation d’être un cachalot les deux derniers jours d’une semaine de vacances en all inclusive, alors qu’en rentrant je vais avoir pris 200g tout au plus quoi. C’est psychologique, c’est un problème de femmes déjà je pense, et pour ma part lié à ma maman, comme je vous l’explique dans mon autre article.
*
En tout cas, une chose est sûre avant ma grossesse dès que je me sentais « différente », je pouvais rectifier le tir avec beaucoup de sport ou en mangeant « bien » moins, pour ré-équilibrer mes « écarts » de la veille et en 2/3 jours grand maximum, tout était redevenu normal (pour mon psychologique puisque sur la balance et dans la réalité selon mon mari, très peu de choses avaient changé). Enfin bon, j’ai toujours fonctionné comme ça, je ne me prive de rien, jamais et les jours qui suivent mes excès (si on peut appeler ça comme ça), je ré-équilibre le rapport trop de bouffe/moins de bouffe pour que tout rentre dans l’ordre : mon ordre. Donc ma petite baisse de moral si on peut appeler ça comme ça, vis à vis de mon corps ne dure jamais bien longtemps. Mais ça c’était avant…
 *
Durant ma grossesse, je me suis toujours trouvée « bien », bah oui, j’vais pas vous faire genre la meuf, j’avais pris uniquement dans le ventre, donc niveau effet d’optique c’était hyper avantageux. Sur mes 5,5kg de pris, il m’en reste encore 2… Je vous avais déjà dit que je ne savais pas trop si c’était de la graisse installée ou l’ampleur de ma poitrine qui jouait sur la balance.
*

Enfin, du coup, j’en ai toujours deux de « trop ».

*
Mais alors, comment je me sens dans ce nouveau corps, ce corps qui a crée la vie, qui a porté un bébé, ce corps qui a subit un accouchement, et qui aujourd’hui produit du lait en bonne quantité pour ma fille : ce nouveau corps de maman…
 *
Eh bien, je ne me sens pas vraiment à l’aise… C’est bête, c’est ridicule vous me direz, car donner la vie est la plus belle chose qui puisse arriver à une femme, donc on devrait être fière du corps que nous avons suite à cet évènement. Cependant, il en est tout autre…
 *
La seule chose dont je suis fière, se sont mes vergetures sur mes seins, et oui, aux grands étonnements de chacune, j’en suis fière et je ne cherche même pas à les atténuer, c’est ma fierté, je nourris ma fille, je lui donne – encore – le meilleur de moi-même, le meilleur que l’on puisse espérer donner à son enfant, je réponds à ses demandes de tétées nuit et jour, dans la foule comme dans l’intimité, elle passe avant les regards, les jugements, j’allaite ma fille et j’en suis fière. Alors oui, la seule chose qui pourtant dépriment toutes les femmes, moi c’est la chose qui me rend fière car c’est à mon sens, le plus beau tatouage que la vie puisse m’avoir fait.
*
 *

En revanche, pour le reste c’est quelque peu différent…

*
Mon corps… Il a changé, oui, ok, je mets toujours mes jeans taille 32 (chez mango), j’ai remis mes tailles hautes à la maternité, donc de quoi je me plains hein?
 *
C’est simple, c’est mon reflet dans le miroir, toujours là ce casse bonbon, ce foutu reflet, cette foutue perception déformée… Cependant, elle est bien là, existante en moi et bien relou, mon Thib ne vous dira pas le contraire, car je le saoûle vraiment avec ça… Alors non, je ne lui prends pas la tête sur la nourriture, ni sur le sport, mais uniquement sur : « Thib vient voir stp, est ce que tu trouves que j’ai grossi? Regarde là c’est plus gros qu’avant? Vas-y dis moi ce que tu trouves de différent stp. Mais si tu mens, je le vois bien moi que ce n’est plus pareil… » > le pauvre.
 *
– Enfin le pauvre hein, ce n’est pas lui qui a son corps qui a changé, qui a eut 9 mois d’étapes entre nausées, acnés, insomnies, aliments interdits, les parties intimes explosées, alors bon, je ne vais pas le plaindre non plus de supporter simplement ces questions une fois par jour. Je fais un peu un remake de Doris dans Némo mdr, comme si chaque jour, il fallait me redire que j’ai eu un enfant, que je dois m’en souvenir car lui mon corps s’en souvient très bien lol.
 *
Il faut savoir qu’un accouchement même quand on prend peu de kilos, ça déforme le corps. Pour ma part ça m’aura élargi mon bassin, donc m’a foutu des hanches et l’allaitement me donne des seins semblable à ceux de Lolo Ferrari (bon ok, là, j’exagère un peu, mais je n’en suis pas loin non plus lol), ce qui ne me donne clairement plus la même image dans le miroir. Oui, je suis passée du corps de la jeune prépubère à celui d’une maman, c’est magnifique de donner la vie, d’avoir ma Lyanna à mon sein au moment où je vous écris, oui, je recommencerai demain s’il le fallait, d’ailleurs je ne reprends même pas de contraception tellement nous voulons remettre cela « rapidement » (calmez-vous tout est relatif, c’est pas pour demain non plus lol ^^) mais malgré tout ce bonheur indescriptible, j’en suis là, pas encore à l’aise avec ce nouveau corps. C’est vraiment le changement dans le miroir qui me mine, en fait, j’ai clairement du mal à m’y habituer, bah oui, j’ai vu mon corps d’une façon pendant 27 ans, et voilà que du jour au lendemain, une fois mon ventre de grossesse disparu, je me retrouve en face avec ce nouveau moi.
*

Eh bien, croyez-moi que ce n’est pas facile facile.

*
Je suis consciente que les deux kilos d’affichés sur la balance doivent aussi jouer un rôle psychologiquement parlant. Je sais que j’ai plus de hanches qu’avant, que je n’ai plus d’abdos, que mes seins sont énormes, tout est présent pour que je me sentes différente, ce qui est le cas de toute façon. Mon corps a mit 9 mois pour changer, je crois que je risque d’en mettre autant pour l’accepter.
 *
J’ai même parfois été « perplexe » entre poursuivre mon allaitement et garder ces formes qui pour moi, sur moi, sont disgracieuses ou alors continuer ce qui est si important pour moi en prenant mon « mal » en patience et « rectifier » tout ça après mon allaitement. Oui, car il faut savoir (d’après plusieurs médecins que j’ai vu comme mon Osthéo) que l’allaitement génère des hormones qui rappellent au corps qu’il vient de créer la vie et qu’il la nourrit, donc il garde certaines réserves et se concentre sur d’autres choses, plutôt que de remettre tout en place (seule la taille de l’utérus est retrouvée plus rapidement que pour les femmes n’allaitant pas).
 *
Bon en tout cas, mon reflet dans le miroir a beau m’ennuyer fortement, je ne lâcherai jamais mon allaitement pour ça, ma fille, sa santé, mes convictions, le bonheur de l’avoir contre moi pour la nourrir, la fierté de savoir que je nourris mon enfant sont milles fois plus de raisons importantes pour que je poursuive. Je me suis fixée une « date » clée pour arrêter et si ma production de lait le permet j’irais jusqu’à cette date, clairement. Mais je suis toujours honnête et si je vous disais que ça ne m’a jamais traversé l’esprit, je vous mentirais.
 *
Je sais au fond que tout est une question de temps, que je vais finir par me familiariser avec ce nouveau moi, d’ailleurs comme je vous le disais, depuis peu je commence à l’accepter et à relativiser, en me disant que mes seins vont finir par retrouver leur taille normale, que mon bassin va se replacer avec le temps au moins un petit peu, que mes abdos vont se refaire par le running et le programme sportif que je fais actuellement (je vous en parle très vite), mais voilà, j’ai malgré tout, toujours été avec un corps qui me plaisait, et si jamais j’avais un petit coup de gueule avec lui, et bien en 3 jours max c’était fini. Il suffisait que je mange moins et paf c’était bon, mais là, je me traîne ce « malaise » depuis déjà 10 semaines et ce n’est pas encore vraiment fini. C’est aussi ce qui est pesant dans tout ça, ne toujours pas retrouver le contrôle sur son corps, on le perd déjà durant nos neufs mois de grossesse, car même si on fait les choses correctement en mangeant bien et que l’on prend raisonnablement du poids, parfois on subit l’alitement, on subit les vergetures, on se tape des formes que l’on ne maîtrise pas, on a l’impression de ne pas contrôler grand chose alors que merde c’est notre corps quoi, et bien quand on allaite on fait perdurer cette sensation d’impuissance avec nous-même.
 *
Attention, ne me faite pas dire ce que je n’ai pas dit, l’allaitement c’est une des choses les plus merveilleuses que l’on puisse faire pour son enfant, c’est d’ailleurs pourquoi je continue malgré que je ne sois pas au top de ma vision de moi-même, l’allaitement : c’est un lien incommensurable, inégalable, et dont je remercie mon corps (pour le coup), de me permettre de vivre cela, mais comme tout dans la vie rien n’est simple, on se confronte avec nous même, on a beau suivre nos convictions, celles-ci sont parfois une source de conflits intérieur. C’est étrange, compliqué mais on y peut rien, c’est là tout le sens de la vie, trouver une paix intérieur quand tout nous y oppose…
 *
Je ne vous ai pas expliqué, oui, j’ai l’air saoulé que ma poitrine ait triplée de volume, quand d’autres seraient ultra heureuses, en tant normal, j’aurais été trop contente aussi, mais avoir plus de poitrine, de bassin, de hanches et plus les mêmes abdos, ça fait trop d’un coup, ça change trop, trop de choses, trop d’un coup, du coup je n’arrive pas à aimer, alors qu’en réalité j’ai toujours voulu avoir une plus grosse poitrine, clairement.
 *
Comme quoi, on est jamais contentes non plus, vous verrez que quand je vais retrouver l’ancienne, je vais être triste d’avoir perdu mes deux gros squateurs lol.
 *
J’ai bien conscience que je n’ai pas à me plaindre, que beaucoup de choses se passent dans ma tête, que je suis en conflit avec mon moi intérieur et psychologique, mais vous vouliez de la sincérité, comme toujours mon honnêteté, et bien la voilà. Je crois aussi que je ne m’y attendais pas en fait, en voyant que je prenais peu de poids, je ne m’étais jamais demandé comment allait être l’après accouchement, pour moi, j’allais être comme avant direct, mais non, j’ai des formes de femmes maintenant, et ça je ne l’avais pas vu venir.
 *
Je ne sais pas dans quel état d’esprit je serais si j’avais pris 10,12kg, je n’essaye même pas d’imaginer d’ailleurs lol, car je ne pense pas (mon Dieu pitié lol) prendre plus lors de ma prochaine grossesse car je n’ai rien fait de particulier pour ne prendre que 5kg, j’ai mangé comme d’habitude : sainement et j’ai continué de me bouger les fesses (malgré que c’était clairement une activité physique et pas une activité sportive : la nuance a tout son sens !), donc pour la suivante ce sera pareille, à moins que je me tape des envies de femmes enceintes de dingue, car j’ai en tout cas été épargné pour Lyanna et que je sois alitée, auquel cas, là, tout peut être bien différent, et j’en suis consciente.
 *
Enfin voilà, tout ça pour vous dire qu’en tant qu’ancien corps de « prépubère », de sportive et de femme qui fait attention à son corps que ce soit pour la santé ou pour le physique car j’estime qu’il est hyper important de bien s’y sentir car on vit avec toute notre vie mine de rien, et que même si je n’ai pas pris beaucoup durant ma grossesse, que vous vous avez l’impression que mon corps est comme avant, et bien dans ma tête à moi ce n’est pas tout à fait le cas. Je me vois différemment, je suis différente, mon corps est différent et je dois apprendre à l’accepter en attendant que le temps fasse son effet. Cependant, vous me connaissez, et je ne me laisse pas abattre, je ne me dis pas « foutue pour foutue » ; non mais il ne manquerait plus que ça. Je continue de faire mon sport, de manger sainement et en bonne quantité, j’entreprends aussi des nouveautés car j’aime les nouveaux challenges, malgré que ce soit un peu plus difficile avec un bébé mais je reste déterminée, et je ne baisse pas les bras. NEVER ! ^^
 *
Il faut savoir qu’à contrario de mon reflet, je me sens avec toujours autant d’endurance et de souffle qu’avant, j’ai même pu reprendre de longues sorties de running (on rêve durant 9 mois) dès que mon périnée ait été rééduqué, je n’ai d’ailleurs eu que 4 séances > le pied ! Mon corps n’a pas l’air d’avoir eu de gros traumatismes liés à ma grossesse et mon accouchement. Mon corps m’impressionne mine de rien, ça je ne le cache pas, il a été top, j’ai pu voir qu’il avait une force que je n’aurai jamais soupçonné, je fais référence à mon accouchement et le « juste après ».
 *
Je vous parlerai dans un article spécial tout ce que j’ai entrepris pour tenter de retrouver mon corps d’avant, et au final ce qui à fonctionné. Eh oui, plus ça avance, mieux je me sens, j’ai donc eu une phase « horrible », où je ne me sentais vraiment pas moi, et depuis peu, je retrouve ce corps avec qui je cohabitais depuis 27 ans, malgré que je sache que je ne le retrouverai pas totalement, je vais mieux, nous allons mieux^^.
 *
Alors les filles, ne vous découragez jamais, après une grossesse tout met du temps, il faut prendre son mal en patience (pas trop non plus hein ^^) et accepter qu’il n’y a pas que notre vie qui a changé… Certes, notre vie est plus belle, nos sentiments plus grands, notre amour plus pur encore mais notre corps lui, va être différent. Il faut juste le savoir, l’anticiper psychologiquement, se donner les moyens de le retrouver au plus proche de nos espérances et tout ira bien.
 *
Je ne suis pas traumatisée non plus car j’ai déjà en tête d’avoir notre deuxième, c’est pour vous dire à quel point il n’y a rien d’alarmant dans mes propos, mais ça n’aura pas été la pleine joie tous les jours quand je voyais ma silhouette de dinde dans le miroir ^^
 *
______________
 *
Je vous laisse, il est l’heure d’aller en balade avec Lyanna et Thibault, je reviens vers vous lundi avec le récit des nuits de Lyanna, un autre article bien attendu ^^
*
Merci les filles de me lire, d’être si gentilles et bienveillantes avec ma petite famille, merci d’être toujours plus nombreuses à m’écrire et me suivre.
 *
Je vous posterai sur Facebook la vidéo de l’alarme incendie pour que vous comprenez l’angoisse que ça a été cet épisode avec Lyanna.
 *
Sur ce, à très vite,
 *
XOXO
 *
*
*
*
*

 

 

 

Visit us on FacebookVisit us on PinterestVisit us on Youtube