*

Hello Girls,

*
Je vous retrouve aujourd’hui pour vous donner quelques informations, oui ce ne sont plus des nouvelles vu que c’était le mois dernier et que tout est rentré dans l’ordre depuis, je voulais vous parler du passage assez difficile qu’à vécu Lyanna début Mars, et oui, petit coeur a enchaîné les évènements. Elle a connu son premier rdv chez l’ostéopathe, mais aussi le sevrage de mon médicament et un beau pic de croissance.*

La seule chose dont je suis certaine et où je sais que seuls les parents ont le bon instinct c’est que le lendemain du rendez-vous chez l’ostéopathe, nous avions celui chez la pédiatre, et on aurait dû lui faire ces vaccins. Chose que nous avons souhaité repousser pour plusieurs raisons, déjà d’après de nombreuses recherches sur le sujet je suis clairement retissante et si cela ne tenait qu’à nous, elle ne serait pas vaccinée après chacun son avis, je respecte le vôtre, respectez le mien et faites de vraies recherches sur le sujet, ce n’est pas pour rien que beaucoup de médecins falsifient les carnets de santé de leurs enfants et petits-enfants, cependant, je vais devoir y passer malgré tout mais à contre coeur, mais je devrais le faire.
Sachez en revanche, qu’on a jusqu’au 11 mois de l’enfant pour faire les premiers vaccins, et que nous n’avons donc aucune obligation de les faire au 2 mois comme c’est prescrit par le pédiatre.

*

Du fait que Lyanna est avec moi toute la journée, qu’elle n’ira pas en crèche avant septembre et que je « contrôle » les personnes qui l’approche (toutes vaccinées même les enfants), j’estime que nous n’avons pas le feu aux fesses pour les faire.

*
De plus, nous n’étions pas prêts psychologiquement à voir notre tout petit bébé être mal, autant l’enfant n’est pas bien, autant les parents n’ont plu. La voir hurler durant le vaccins m’était impensable, j’avais besoin d’un peu plus de temps pour me préparer à cette idée. Tout comme le jour où nous les ferons faire, il sera évident que je n’y aille pas toute seule. Et pour finir, comme je vous le disais, nous avions eu le rdv avec l’ostéopathe la veille, et nous savons tous que les rdv avec ce spécialiste nous retourne totalement. Les copines qui avaient eut leur rendez-vous avec, me l’avait toutes confirmés et certaines avaient même dû ré-emmener leur bébé pour une vérification. Alors croyez-moi que je n’allais pas faire subir deux rendez-vous « angoissants » à ma Douceur. Bref, on a bien fait et pour cause…
*

Le rendez-vous chez notre Ostéopathe fût top, elle m’a remis plein de choses en place, et a fait pareil avec Lyanna, son rectum, son ventre, ses intestins, sa tête, sa nuque et j’en passe, tout a été « retouché ».

*
Une fois de retour à la maison, ma Douce était comme à son habitude, calme et éveillée mais ça n’aura pas duré longtemps. En effet, déjà elle n’a pas enchaîné ses 8h de sommeil mais m’a réveillée dans la nuit pour téter, bon sur le coup je me suis dis que ça arrivait, que y’avait pas de quoi se demander si elle avait quelques choses de particulier. Puis le matin ça commençait a se faire entendre, elle n’était pas tout sourire comme d’habitude et me réclamait vraiment souvent à manger, alors que nous étions dans une phase à 5/6 tétées par jours, là en une matinée j’en étais déjà à 4…*

On avait par contre remarqué que niveau caca c’était devenu : « easy » et aussi niveau des régurgitations bien plus simple pour elle de faire un rôt et ça ne nécessitait plus de changer de bavoir systématiquement. > COOL ^^

 *

On enchaîne donc le lendemain, avec le rdv chez la pédiatre, bref, tout va bien, sauf le fait qu’on a pas voulu faire les vaccins, que nous ne sommes pas d’accord au niveau de la diversification alimentaire de Lyanna et lait que je lui donnerai quand j’arrêterai notre allaitement ne lui convient pas du tout, elle m’aura vraiment gonflé, mais bon, faudra qu’elle apprenne que JE décide pour MON enfant ! Ses discours de médecin se protégeant contre la justice c’est bien mais moi, je m’en fous. Je sais très bien qu’elle ne croit pas un mot de ce qu’elle proclame mais qu’elle doit simplement se protéger s’il venait à y avoir quelques choses. Je ne vois pas pourquoi l’OMS (organisation mondial de la santé) préconise d’allaiter exclusivement son bébé jusqu’à ses 6 mois mais que ma pédiatre me dit qu’à 4 mois je dois débuter la diversification, faudra m’expliquer quand même… De même que le lait végétal ne lui convient pas, malgré que ce soit un lait spécial bébé mais VEGETAL…

*
Bref, épisode du pédiatre terminé…Nous voilà à la maison, avec un bébé qui se met a pousser des cris énormes, pleurer pendant de longues minutes sans s’arrêter, elle pouvait rester à mon sein toute la journée sans décrocher, trop bizarre.

*
La journée se passe, et là rebelote, Lyanna me réclame a manger dans la nuit. Idem pour la journée suivante, un bébé pas bien du tout, j’appelle ma mère pour lui en parler, peut-être je passe à côté de quelques choses. Elle ne me rassure pas vraiment au final, elle me dit :  « han ma puce, elle qui était si calme, pourquoi tu l’as emmené chez un ostéopathe, fallait pas, elle est trop petite… etc ». Pour le coup, je me retrouvais bien couillon car elle qui d’habitude est un pilier, là, clairement elle ne m’a pas rassuré, au contraire, j’ai fini par me demander si je n’avais pas fait une connerie, heureusement, les copines étaient là et me rassurent. La journée et soirée se passent tant bien que mal psychologiquement parlant. Bah oui, pas facile de passer de Bébé Bonheur à Bébé pleureur après un rdv que J’AI voulu prendre et où il n’y avait AUCUNE obligation d’y aller…
Idem encore, Lyanna me réveille pour manger dans la nuit, on était à plus de 9 tétées par jour, mais « Que passa », « mamamia où est mon bébé », qu’ai-je fait?
 *
Ma maman me rappelle pour prendre des nouvelles et me suggère de rappeler l’ostéopathe, je l’écoute  car de toute façon j’y pensais déjà, je la contacte direct, adorable et soucieuse du bien-être de ses patients, elle me dit de venir le lendemain, elle m’explique que Lyanna peut avoir des courbatures dû aux manipulations effectuées. Bon allé, je croise les doigts en me disant que c’est la dernière journée avant le retour à la normale.
 *
Le lendemain, ni une ni deux, je pars revoir mon docteur (ostéo), elle manipule Lyanna et m’informe que son estomac ne s’était pas mis où il fallait, que du coup elle avait une gêne constante et que c’est pour ça qu’elle s’était mis à téter à gogo car une fois le ventre rempli elle se sentait mieux. J’ai l’explication, ça y est!!! Elle me dit que tout va aller mieux maintenant mais que si c’est le contraire que je ne dois pas hésiter à la recontacter et revenir la voir.

*

*

Lyanna s’est remis à téter normalement et refaire ses nuits direct, cependant, elle était un peu… comment dire… sur les nerfs, j’sais pas comment l’expliquer, mais elle avait clairement un fort besoin d’être dans nos bras, elle était comme perdue quand elle était seule dans son transat ou son parc. J’ai tilt… Et oui, quand elle est née et que l’on m’a fait les analyses pour savoir d’où venait son petit gabarit, ils ont vu que j’étais sous anti-dépresseurs (lié au travail depuis Février 2016) et m’ont informés que je devrais passer par l’étape du sevrage avec Lyanna, car oui tout ce que l’on avale enceinte passe dans le placenta, donc maintenant qu’elle n’était plus en mois, le débit qui allait lui être administré par mon lait serait plus faible mais toujours présent mais allait quand même nécessiter un premier sevrage.
Le corps médical m’avait dit de prendre Lyanna contre moi le plus souvent possible, afin de la rassurer et qu’elle sente ma présence, qu’elle se sente entourée, aimée, protégée… Nous avons fait cela et ça c’était super bien passé.
Là, la dernière phase de sevrage était arrivée puisque j’avais arrêté ce médicament (pour plusieurs raisons mais ce n’est pas l’objet de mon article), une fois que j’eus tiltée, et que j’en avais informé Thib, on a tout de suite refait la même chose que quand nous étions en Néonat. Notre Lyanna a été plus apaisée et sereine très rapidement. *

*
Nous avons retrouvé quelques jours de « normalité » mais… cela n’a malheureusement pas duré, outch !

 *

Nous voilà entré dans une nouvelle aire… Celle du « Pic de Croissance »…
 *
Alors là, croyez-moi, que je pensais qu’elle en avait fait auparavant, mais clairement il n’en était RIEN !
 *
J’avais déjà accusé le coup quelques fois quand Lyanna était un peu agitée mais ça ne durait que le temps d’un après-midi, je me disais « cool, j’ai de la chance, ses pics de croissance ne sont pas si horribles que ce que j’avais cru comprendre par les autres mamans », bah oui, ça pouvait être cool, car je ne pense pas que ça en était. Elle devait avoir un pet de travers oui, mais pas un pic de croissance, car là, là, là c’était HORRIBLE, lol.
 *
Impossible de la poser, elle criait d’un coup, si je n’allais pas la promener elle ne dormait pas de la journée, je me suis retrouvée à aller la balader des 3h entière, toute seule, pour qu’elle fasse de vraies siestes sinon le soir c’était pire, elle pleurait « sans raison » (pour nous), s’énervait aux seins, était ronchon au possible, bref, rien de ce que l’on connaissait d’elle.*

Elle a prit un énorme coup dans sa croissance, on a pas de balance à la maison (pour bébé) ni de quoi la mesurer, mais en une semaine, le changement a été dingue ! Ma maman qui la voit une fois par semaine m’a dit « Wah mais attend c’est dingue comme elle a grossi d’un coup, regarde ses joues », et nous on avait l’impression qu’elle avait grandi de fou car ses vêtements sont d’un coup devenus trop étroits.
De plus, elle a eut plein d’évolutions au niveau de l’éveil, elle s’est mise à réagir plus intensément, plus précisément, on a pu remarquer qu’elle reconnaissait clairement nos visages dès qu’on était dans son champ de vision, elle s’est mise a être plus réceptive et nous répondre par plein de sourires très facilement. Alors oui, clairement un pic de croissance c’est très important dans l’évolution du comportement et de la courbe taille/poids d’un bébé, c’est un pur bonheur quand ça se termine car on découvre plein de nouvelles choses, plein de nouveaux échanges avec son bébé, mais alors sur le coup, pendant que ça se passe, clairement faut s’accrocher. En plus, nous qui n’avions pas l’habitude d’un bébé grognon, bah là, c’était l’apocalypse dans nos têtes lol.

*
On ne la pas « mal » vécu, on ne s’est pas non plus senti désemparé mais on était triste de ces moments comme perdu avec notre fille, car on n’en profitait pas comme d’habitude. Ce qu’on a bien géré c’était notre soutien, on s’en occupait à tour de rôle, pas forcément bien équilibré mais on s’en foutait, le but n’était pas de faire du 50/50 mais d’accepter que l’un ou l’autre pouvait avoir une patience différente, et il fallait surtout que Lyanna se sente bien, elle. Donc fallait qu’on soit toujours dans l’optique de la cajoler, la porter, lui chuchoter de douces paroles pour la calmer, si on sentait qu’il fallait que l’autre prenne la relève toutes les 30 minutes, on le faisait car encore une fois, on n’était pas là pour se tirer dans les pattes, à jouer à qui redonne le bébé le plus vite, mais plutôt : « attends je vais essayer quelques choses ».
C’est vraiment important de penser au bien-être de l’enfant avant le nôtre et qui plus est dans ces moments là. Les comportements à base de réflexions sur le temps qu’on vient de passer avec Bébé et le temps que l’autre accepte de passer ne sert à rien clairement, à part à mettre plus les nerfs, plus de tensions autour de bébé qui ne comprend pas les changements qui s’opèrent sur lui, a supporter encore moins bien le changement passager de son comportement. Il vaut mieux s’entraider, et reparler de l’implication de chacun une fois cet épisode du pic de croissance terminé. Car oui, par contre, il faudra en reparler une fois tout ça derrière nous, afin d’éviter que l’un des conjoins ne prenne la confiance pour le prochain pic en se reposant sur l’autre, car on est tous pareil devant un bébé incalmable : on se sent mal, qu’on soit la maman ou le papa, on ressent certes, les choses différemment mais dans la finalité, l’un comme l’autre, on se sent mal, malgré que les raisons profondes sont différentes. Il faut vraiment garder en priorité le bien-être de l’enfant pour que tout se passe bien, et ensuite, une fois la première tempête terminée, on « règle » nos ressenties afin de vivre mieux la prochaine, car oui, un pic de croissant ce n’est pas qu’une fois.
Donc surtout, il ne faut pas garder pour soi, ce que l’on a pas apprécié dans les réactions de l’autre, je ne vous apprends rien si je vous dis que dans un couple et plus important encore dans un couple de jeunes parents, il faut parler, échanger, s’écouter.*

 *
Enfin voilà, ici on a vraiment tout fait pour garder Lyanna dans un environnement calme, serein, rempli d’amour et de patience en essayant de faire encore plus que d’habitude, à savoir : l’avoir collé contre nous tout au long de la journée pour lui faire ressentir qu’on était là pour elle.

*

Sincèrement je suis convaincue que si nous n’avions pas été soudés, et dans le soucis de s’entraider et de « soutenir » notre fille dans ce changement qui s’opérait, ça aurait été pire pour elle comme pour nous.

 *

En tout cas, c’est un épisode qui s’est terminé et qui nous a laissé un bébé avec plein de nouveaux mimiques, de sourires bien exprimés, une nette envie de toucher ses jouets et certains l’obsède, un bébé qui commence à mettre les choses vers sa bouche (tout n’est pas encore bien coordonnés), un bébé qui répond clairement à nos « Areuh », et j’en passe, sans parler de sa prise en cm et en grammes juste impressionnante. Ce pic valait le coup d’être vécu. 

**
J’espère que vous ne vous sentirez pas désemparés quand cela vous arrivera, mais ne vous inquiétez pas, gardez en tête que ça nous arrive à toutes et tous, quoi qu’il arrive, tous nos bébés ont des pics de croissances, il faut « juste » apprendre à les gérer du mieux que l’on puisse, sans se prendre la tête, tout va rentrer dans l’ordre après, ne vous inquiétez pas.

 

Voilà les filles, la série d’évènements qui se sont succédés pour bébé et pour nous, clairement ça n’a pas été simple mais on a réussi « Victoire » ! hihi

 *

En espérant que mon article pourra en aider certaines, pourra même en rassurer ou vous montrer qu’il faut vraiment s’écouter soi, et faire en fonction de son instinct avec son propre bébé.

 *

Sur ces belles paroles, je vous laisse, il est temps que j’aille retrouver mon bébé justement qui m’attend dans son parc a gazouiller, et oui, ce n’est pas parce qu’elle ne réclame pas a être contre moi que l’inverse n’est pas possible. #bonheurdecalinertoutelajournée haha
 *
Des bisous les filles,
 *

 

Mary. *

 

 

Visit us on FacebookVisit us on PinterestVisit us on Youtube