Le tire-allaitement

Coucou les filles,
 *
On se retrouve aujourd’hui pour un article tout particulier : Le tire allaitement !
 *

 *
Que veut dire « Tire-Allaitement » :
C’est simplement le fait d’allaiter son enfant uniquement en tirant son lait et en lui donnant aux biberons. C’est normalement un terme que l’on emploi quand on ne fait que tirer son lait et le donner au biberon, et pas en cas de dépannage occasionnel.
 *
Qu’est ce que le « tire allaitement » :
C’est au delà de l’envie d’allaiter, c’est une conviction !
*
Pour quelles raisons faire du tire-allaitement :
Quand on veut absolument allaiter, et qu’on y arrive pas au sein directement, mais qu’on veut absolument donner son lait à son bébé pour toutes les raisons que l’on connait/imagine.
 *
Pourquoi bébé ne prendrait pas au sein directement ?
Si bébé ne réussi pas à le prendre, cela arrive, malgré les bouts de seins artificiels,
Si bébé ne stimule pas assez votre montée de lait, qu’il s’endort par exemple à chaque fois et trop rapidement,
Si vous reprenez le travail,
Si vos seins ne débitent pas assez vite le lait et que cela agace bébé,
Si vous voulez que Papa se lève la nuit pour donner le biberon,
Si vous voulez allaiter mais sans devoir le faire en public…
 *
Il y a milles et une raisons de passer au tire-allaitement…
 *
Comment s’y prendre :
C’est très simple, tirer son lait à heure fixe (on est pas à 15 minutes prêt hein même 30 ^^), plus c’est à heure fixe plus vous allez être réglée comme du papier à musique et avoir une récolte optimale.
Tirer autant de fois par jour que ce que bébé a besoin de biberon. S’il boit 6 biberons, il vous faudra tirer 6 fois dans une journée, comme si vous l’allaitiez, après dans certains cas ça peut être différent, tout dépend si vous tirez assez ou pas pour lui garantir la bonne quantité au biberon.
 *
Cela m’est arrivé pendant plusieurs semaines de tirer 5 fois par jour alors que Lyanna ne prenait que 4 biberons, je le faisais car j’avais besoin de stimuler davantage, et quand je tirais que 4 fois, j’étais trop juste en quantité, je ne pouvais pas me louper.
Du coup, pour ne pas stresser ou me sentir « coincer » je préférais tirer une fois de plus.
 *
Ma petite histoire :
 *
J’ai allaité Lyanna aux seins jusqu’à ses 4 mois plein, j’ai cependant toujours tiré mon lait, et je lui donnais en biberon à des moments ou bien je le congelais afin de :
 *
faire des réserves pour plus tard ou
pour pallier à d’éventuelles baisse de lait ou
si je devais m’absenter de la maison ou
pour lui concocter de petits desserts,
 *
 *
Je tirais aussi pour stimuler et bien vider mes seins. Et dans le doute des hypothèses citées plus haut, je gardais mon lait quand je le donnais pas en biberon dans les 24h à Lyanna. Je suis de nature conservatrice 😉
 *
Tirer mon lait m’a aussi bien aidé quand nous sortions quelques parts et que ça allait être l’heure de manger pour Lyanna, il m’arrivait de tirer juste avant de partir et de donner le biberon sur place à Lyanna. Je mettais moins de temps pour tirer mes deux seins que Lyanna mettait de temps à les boire. Cela m’évitait d’être en retard. Je vous explique…
 *
Quelques peu avant ses 4 mois, Lyanna nous montrait son sens de la curiosité avec beaucoup plus d’instance encore que quand elle était tout bébé.
Eh oui, Lyanna était bien trop intéressée par ce qu’il se passait aux alentours que par le fait de manger. Elle mangeait oui, mais le stricte minimum pour reprendre de l’énergie et continuer sa vie d’exploratrice par la vue et ses retournées ventre-dos intempestifs. Elle s’était carrément mise à « prendre le thé », elle était à mon sein, buvait 10/20 secondes et me regardait, cherchait dans la pièce le bruit qu’il pouvait y avoir, regardait autour de nous si quelque chose d’intéressant se passait, et elle reprenait mon sein « easy » après 1/2minutes d’exploration visuelle.
 *
Au début c’est rigolo de la voir faire, voir ce petit bout d’cul mener sa petite vie, prendre son thé, mais à la longue c’est fatiguant. Bah oui, les tétées duraient super longtemps et au final elle ne prenait même pas la totalité de ce qu’il lui fallait, puisque passer un certains temps dans tous les cas, elle voulait faire autre chose. Moi, au début je ne m’étais pas rendue compte qu’elle ne stimulait pas comme il le fallait, donc j’ai eut une baisse de lait, qu’il a fallut faire reprendre, je vous ai mis mon article conseil ICI.
 *
Par la suite, je la faisais boire à mon sein normalement, puis après chaque tétée : je tirais et en fonction de ce que je récoltais je savais « combien » elle avait prit, et j’adaptais la tétée d’après par un biberon par exemple (ou en complétant directement en fonction de Lyanna).
*
Mais voilà, je tirais à chaque fois, et je savais qu’elle ne prenait pas la quantité qu’elle « devait/pouvait » avoir, alors, je me suis dis autant passer au tire-allaitement carrément.
 *
Au biberon elle prenait 190ml, je le savais, je le contrôlais, mais aux seins je savais que ce n’était pas le cas au vue de sa façon de téter, et au toucher de mes seins après tétée. Au biberon c’était plus facile pour moi de lui « coller » dans le bec lol. Au sein c’est pas possible lol.
 *
Donc voilà le 27 avril 2017, j’ai officiellement écrit à ma bébé (sur son livre entre elle et moi) que je commençais le tire allaitement, petit à petit pour ne jamais rien faire de brutal. Je lui laissais toujours une tétée au sein dans les débuts, puis j’ai commencé à ne faire que tirer et lui donner au biberon.
 *
Je ne voulais pas arrêter de lui donner mon lait, non, c’était trop important pour moi, à ce moment elle ne prenait encore qu’exclusivement du lait dans sa journée alors hors de question de lui donner du lait en poudre alors que je réussissais à produire du lait.
 *
Alors sincèrement, tant l’allaitement c’est un bonheur, un don de la nature, pour rien au monde je ne changerais le fait de l’avoir allaité, j’ai passé des moments magiques et une fierté, une joie indescriptible que de pouvoir nourrir mon enfant, mais alors le tire-allaitement : c’est vraiment : une conviction !
 *
Croyez-moi, y’a rien de sensuel, de beau, de divin. On est plutôt bovine que divine si vous voyez ce que je veux dire…
 *
Après c’est clairement une conviction, comme je vous le dis, je ne savais pas encore quoi donner en lait à Lyanna, je ne voulais pas que toute sa journée soit du lait indu, je voulais attendre une diversification « complète » pour pouvoir arrêter l’allaitement.
 *
Je ne vous cache pas que 1000 fois j’ai eu envie d’arrêter, j’en avais marre, ce n’était pas tant de ne pas me sentir femme, non, je ne suis pas de ce genre, je n’ai pas de fierté, pas d’égo ou ce genre de choses. Je le faisais pour ma fille, sa santé, c’est tout ce qui comptait pour ça. Mais, c’était un temps dédié rien qu’à ça juste incroyable.
 *
Le tire-allaitement a commencé quand Lyanna faisait encore 6 repas, pendant longtemps je l’ai laissé à 6 repas car elle prenait comme ça, c’était son rythme, ça ne me dérangeait pas, je savais qu’il faudrait lui en « créer » un nouveau quand nous passerons à la diversification alimentaire car elle ne pourrait pas prendre son « petit pot » à n’importe quelle heure. Mais au début c’était 6 prises donc 6 tirées et en même temps 6 biberons pour Bébé. Lyanna mettait environ 45/50 minutes à boire son biberon (ça va mieux niveau temps mais ce n’est pas un bébé qui boit en 15 minutes top chrono même encore aujourd’hui), une fois le biberon donné, je me mettais à tirer mon lait et j’en avais pour environ 30 minutes, donc en gros je passais ma journée le cul sur le canapé à tirer et donner le biberon, heureusement cela n’aura duré « que » deux semaines, ensuite, j’ai commencé à espacer ses biberons afin que Lyanna prenne le rythme de petit-déj, déjeuner, goûter, dîner, car on approchait de la diversification, j’ai donc commencé à gagner du temps niveau tire-allaitement et biberon à donner. Je me suis aussi mise à être polyvalente et donner le biberon en même temps que je tirais mon lait, la maison était devenue une vraie usine à gaz.
Rien de féminin, rien de sensuel moi je vous le dit.
Je ressemblais à Lynette Squavo dans toute sa splendeur. Entre mon temps pour faire la cuisine, les tâches ménagères, garder une vie sociale, le sport et « vous », mes abonnées et lectrices avec qui je voulais continuer de partager. Et évidemment du temps pour Lyanna et Thib…
 *
Je pense sincèrement que faire du tire-allaitement en s’occupant de bébé, la maison, son avenir pro est vraiment épuisant. Tout est compté, en tout cas je n’ai pas réussi à m’organiser autrement. C’est purement de la conviction et pas un plaisir.
 *
Parfois j’avais la dalle, j’étais pressée, j’étais crevée, je me faisais une joie de me mettre au lit : mais non, je n’avais pas tiré, et je ne pouvais pas faire autrement, je me relevais. Y’a vraiment eut des fois où c’était : wah, une contrainte oui. C’est vrai.
 *
J’ai parfois eut envie de hurler de fatigue mentale, de m’arracher les cheveux, combien de fois j’ai fait tomber ma téterelle avec mon biberon rempli de lait car je faisais tout en même temps. Je n’ai pas ressentie ça souvent, mais sur 4 mois de tire-allaitement (dont deux exclusifs) j’ai eut quelques moments de grosses galères à remettre cela en question, puis finalement, chaque fois je me reprenais, ça durait le temps d’un « instant » c’est-à-dire ; sur le coup où je me faisais la fausse joie comme d’aller dormir et qu’en fait j’avais oublié de tirer, sur le coup je pestais, j’étais saoulée, puis une fois fait, je ne pensais plus à ça, je ne me projetais pas dans l’arrêt.
 *
Je pourrais au moins avoir la « fierté » de me dire que j’aurais tout fait pour donner le meilleur à Lyanna, le plus longtemps possible.
 *
Je vous le dis, allaiter a été une des plus belle expérience, une des plus gratifiante, des plus pures selon moi, mais le tire-allaitement, est uniquement une conviction car il m’aura fallut de la détermination.
 *
Je me suis vu tirer mon lait à l’aéroport, devant nos amis (avec un lange bien sûr dans chaque situation), devant des membres éloignés de ma famille, bref, j’ai assumé pour ma fille, malgré que je n’en ai jamais rien eut à fiche des « quand dira-t’on », ma féminité en a prit un coup.
 *
Je ne regrette rien, ça non, au contraire, j’aurais regretté de m’arrêter pour les regards des gens, pour un planning « ingérable », je savais qu’être maman relèverait du parcours du combattant à des moments, mais je n’ai pas à me plaindre, car à côté de ça j’ai une enfant qui jusqu’au jour d’aujourd’hui est merveilleuse, elle a des phases de chouïnage évidemment, mais elle a fait ses nuits direct, elle est toujours souriante, elle sait jouer seule (encore une fois elle a ses phases sur 2/3/4 jours par mois où c’est carrément tout le contraire), elle n’a jamais fait de colique, elle a souvent mal aux dents mais elle ne devient pas « méconnaissable » : je n’ai rien à redire, il fallait bien que j’ai, moi aussi mon casse-tête.
Donc voilà, ce qu’est le tire allaitement, voici un témoignage réel de ce que c’est, je ne vous dirais jamais de ne pas vous lancer, de ne pas le faire, car si demain je devais recommencer, je le referais. Mais réfléchissez bien, faites-le si vous êtes soutenue, si votre conjoint comprend que c’est important pour vous et qu’à côté vous aurez besoin de son aide.
 *
Si parmi vous, certaine ont testées, ont fait, le tire-allaitement, qu’en avez-vous pensé ? Vos astuces à nous partager ?
 *
J’espère que cet article aidera celles qui le vivent, celles qui se posent des questions…
 *
A très vite les filles,
Des bisous.