Hello les filles, 

J’espère que vous allez toutes bien, et que vous avez presque fini vos achats pour Noël ou qu’au moins, vous avez plus qu’à, et pas à trouver les idées lol.
Les fêtes de fin d’années sont géniales, un pur moment, malheureusement, on se retrouve toujours dans de vrais casses têtes, entre les cadeaux, où les fêter, par quelle famille commencer, quel va être le repas, et aussi : « comment allons-nous en sortir? +1,2,5 kg? telle est la question » ^^
Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de comment « moi » je gère (ou pas) les fêtes de fin d’année niveau repas.
Je ne suis pas sûre d’être de bons conseils (ou de mauvais), mais voilà comment je les « affronte » lol.
Je vais aussi vous raconter, comment je gérai jusqu’il y a deux ans, depuis deux ans, et comment je les sens pour cette année.
Si ça vous intéresse, c’est parti 🙂

Tout d’abord, vous n’êtes pas sans savoir que je suis gourmande, j’aime manger, mais sainement au quotidien, cependant, j’aime tellement les moments de convivialités que je mange ce qu’il y a, sans me poser de questions, car au moment présent, je ne pense qu’au moment cool que je suis entrain de passer.
Comme je vous l’ai toujours dit, j’aime par dessus tout mon alimentation et je déteste les choses grasses, huileuses, trop sucré, cela me dégoûte.
Pendant les fêtes, c’est pareil, j’aime manger gourmand, mais manger de bonnes choses, c’est à dire, que je vais manger des amuses bouches mais sans ajouter du beurre, je vais prendre du plat sans mettre de la sauce pleine d’huile. Etc. Déjà sans le faire exprès, car ce sont mes goûts, je limite les « dégâts », on va les appeler comme ça pour cet article lol, les kilos que l’on peut être amené à prendre en l’espace de 4 repas (Réveillon de Noël, Noël, Réveillon du 31 et le 1er).
Toujours dans toute mon honnête et ma transparence, voici comment se passait mes repas de Noël jusqu’à ceux d’y a deux ans…

Bon, je n’ai jamais raffolé du gras, de l’huile et autres, donc je n’ai jamais eu de sauce ou de beurre dans mon assiette lol, cependant, je mangeais jusqu’à plus faim, qu’on se l’avoue c’est tellement bon, c’est tellement plaisant d’être entourée de nos proches, que l’on se dit : « c’est bon, ce sont les fêtes, je peux me faire plaisir », alors oui, je me suis dis ça, le 24 et 25 c’était l’orgie de bouffe, je sortais de table en roulant limite. Je dormais mal en plus, car je n’arrivais même pas à digérer, et le lendemain j’enchaînais avec le repas du midi et rebellote. Alors clairement, non, je n’ai jamais pris de poids pendant les fêtes, car tout simplement, j’enchaînais le 26 au matin (et le 24 avant la fête) mon moment de sport, cependant j’étais tellement ballonnée d’avoir autant mangé, que simplement je jeûnais le jour suivant les repas copieux (voir deux jours). Tout redevenait normal niveau intestins, estomac etc. Allié au sport, vous vous doutez que je ne prenais pas de poids. Mais, ce n’est pas bien, pas sain, pas bon de faire ça. Un jeûn c’est très bien, je suis pour, j’en fais souvent (hors grossesse) car je crois aux bienfaits et je les remarque sur moi à chaque fois, cependant, dans ce contexte, c’est bof bof. Après chacun gère comme il le veut, pour ma part, j’ai remis en question de le faire dans ce contexte.

*

*

Alors pourquoi, je mangeais autant durant ces deux repas pendant toutes ces années ? 

Je pense déjà un côté immature, je ne savais pas me retenir sur ces mets si bons, je ne savais pas écouter mon corps ou plutôt je n’avais pas envie de l’écouter. Je savais qu’avec le sport et mon jeun, j’avais pas besoin de culpabiliser de manger 4 fois trop.
Puis, si je réfléchis bien, je n’ai mangé en excès que les années où je n’étais plus chez mes parents, quand j’étais encore sous leur toit, jamais je mangeais trop, on avait toujours les restes pendant des jours, puis maman achetait du foie gras et du saumon dès début décembre, donc quand arrivait Noël, bah… ok quoi, rien de fifou ^^. Puis en m’installant en appartement avec Thib, encore étudiants, tous les deux, ou dans le début de notre vie active, nous n’achetions pas de la grande nourriture, le bio c’était le concept par excellence qui nous semblait coûter une blinde, le foie gras, saumons, crevettes etc coûtent réellement trop cher quand on débute sa vie, donc c’est simple, on attendait impatiemment d’aller se réfugier chez les parents pour pouvoir en manger le soir du réveillon et le lendemain.
On se blindait, c’était le moment de joie, où, Miiiiam, on avait la bouffe qui nous faisait tant de l’oeil dans les rayons de supermarché, mais qui restait dans les rayons lol. c’était juste pour 4 repas, alors on en profitait.
*
*

Depuis deux ans, que s’est-il passé ?

Et bien tout simplement déjà, j’ai grandi, je n’ai vraiment plus envie de me sentir mal comme ces années là, c’est tellement désagréable, que j’ai appris à prendre le temps de m’écouter, me raisonner pendant le repas.
Puis, et bien, on a prit nos marques dans nos boulots respectifs, commencé à voir le bout du tunnel de la mise en route de la vie à deux, des dépenses etc. Du coup, depuis deux ans, et bien on n’est plus du tout regardant sur ce que l’on achète pour se nourrir, c’est notre dépense première (après les factures mdr). Donc, quand, dans les rayons arrivent le foie gras etc, si on en a envie, simplement on en achète, et quand arrivent les repas des fêtes bah, ça nous est « égale » quoi, on en a mangé quelques jours avant ou on sait qu’on va en manger après car on en a à la maison, donc c’est vrai que déjà, ça aide. lol
 *
*

Comment je gère ce côté convivial qui donne quand même envie de manger sans faim ni lois ? ^^

Je n’ai pas de conseil à vous donner, et les « lâchez-vous, c’est bon, c’est Noël », je ne vais pas vous le dire car ce serait mentir, car moi-même je ne me l’applique pas. Je vais simplement vous dire ce que moi je fais, et si vous, vous vous y retrouvez ou pensez que vous pouvez le faire et bien libre à vous de faire pareil ^^
Tout d’abord, j’ai acquis quelques astuces et « coup de main ». Avant j’avais la fâcheuse manie de me retrouver sans cesse la place collée au buffet des petits fours (comme de par hasard… ^^), maintenant, je vais de moi-même à la place la plus éloignée, où je vais devoir demander à mon mari de me donner les amuses-bouches, un à un, alors déjà je sais que ça va le saouler et je vais du coup moins lui demander et moi je n’y aurais pas accès facilement lol.
C’est de loin ma plus brillante initiative dans toutes les occasions de ce type mdr
De plus, je mange en priorité que ce que je ne vais pas avoir l’occasion de remanger à la maison, et tout ce qui est petits fours, toasts foie gras etc, j’en prends peu car nous faisons souvent des « finger food » avec Thibault, du coup, on en mange régulièrement (des petits fours pas le foie gras qui n’est qu’en période de fête mais bon, comme en France on trouve les rayons plein de mets de Noël de septembre à fin janvier, on a le temps de pouvoir en remanger…).
Je garde le plus de place pour le plat, qui est souvent un chapon de 4kg, qui est plus qu’évident que je ne vais pas refaire à la maison, sous peine d’en manger pour le mois ^^
Le fromage et le dessert ont eut une place importante également, mais, je ne m’en gave plus, car c’est pareil, le fromage on en mange régulièrement chez nos parents (nous on achète pas le même genre ^^), et le dessert c’est souvent des mignardises donc je vais me les réserver pour le lendemain midi ^^.
En fait, j’ai tout simplement évolué, de par mon niveau de vie, mon rapport avec ma santé où j’ai pris conscience que de sortir le ventre éclaté à rouler et mal dormir n’était vraiment pas bon, et j’ai trouvé des astuces et réussi à me raisonner en me disant, c’est bon, je n’ai plus faim, si j’en veux j’irai en acheter la semaine prochaine et voilà. Pas besoin de sur-manger ^^
Après, que l’on soit honnête et clair, je ne finis pas en mode, « tout va bien, je suis légère telle une plume qui a dîner comme chaque soir de la semaine chez elle », pas du tout, je sors comme quand on va au resto après un menu entrée/plat/dessert lol. Mais, je ne suis pas à la limite de la crise de foie quoi. J’ai juste mangé un peu trop, et pas en abus total.
Bref, voilà maintenant à quoi ressemble mes repas festifs.
Je vais toujours éliminer le lendemain ou sur-lendemain direct en me levant, oui, faut arrêter de faire genre : « no culpabilité », on est toutes à se dire le lendemain qu’on doit faire attention les jours qui suivent, seules les plus motivées le feront par le sport et l’admettrons.
Après, bien sûr qu’on ne va pas prendre 10 kilos en 4 repas où alors c’est qu’on a fait très fort lol, mais oui, il faut savoir relativiser, mais pas trop, c’est faux quand on vous dit ça, croyez-moi.
Et, oui, le principal ce n’est pas ce qu’il y a dans nos assiettes, mais avec qui nous partageons ces précieux moments qui doivent rester ce qu’il y a de plus important dans nos esprits.
 *
*

Et cette année, comment je me vois passer les fêtes et les appréhender enceinte et ne mangeant plus ni viande, ni poisson?

Tout d’abord, cette année va être différente des autres, en effet, étant enceinte, dans mon 9 ème mois, il n’est pas envisageable que nous partions loin de chez nous, en plus avec le risque de mauvais temps, je ne veux pas partir et risquer d’accoucher ailleurs que dans ma clinique avec le personnel de santé que je commence à connaitre.
Nos deux familles réunies ça fait trop pour que nous recevions à la maison, je n’aime pas recevoir et ne pas faire les choses moi même, surtout pendant les fêtes, j’aime mettre les petits plats dans les grands, donc ça me ferait trop de stress, de fatigue, et beaucoup trop de monde à dormir.
Du coup, cette année, nous allons le fêter en Amoureux, mes parents viendront peut-être mais nous le saurons au dernier moment, ou sinon juste le 25 midi.
Partons sur le fait que nous serons en Amoureux, c’est le plus certain ^^
J’ai hâte, j’ai vraiment hâte de cuisiner, préparer une belle table, un joli dîner pour nous deux.
Bon, mon problème c’est que j’ai toujours les yeux plus gros que le ventre du coup, je ne sais pas acheter pour deux, donc bon, on en aura pour la semaine, mais ce n’est pas grave. J’ai commandé pas mal d’apéritifs surgelés, et quelques accompagnements pour le plat donc ça, on décongèlera au fur et à mesure, puis aucune envie de nous goinfrer car on saura qu’on en aura pour se faire plusieurs soirées festives comme on les aime, assis sur notre tapis tout moelleux à se raconter nos petits moments et rires de tout comme toujours. Et puis, pour le 31 c’est pareil, nous serons tout les deux, donc rebelote, pas de gâchis^^.
J’ai hâte que le réveillon arrive pour passer un moment tout cocooning, je sais que je vais en faire 3 fois trop malgré tout, mais de toute façon enceinte, je ne peux pas me goinfrer sinon j’ai de grosses remontées acides, donc comme les deux années précédentes, ce sera un moment copieux mais pas atroce pour mon estomac.
Quand on sait qu’on en aura pour le lendemain, sur-lendemain etc, on s’en fiche de se faire péter la panse. Puis comme je vous l’ai dis enceinte c’est réglé, donc ce sera plus parlant l’an prochain, et ne mangeant plus ni viande, ni poisson, les tentations sont moindre, ça se passe plutôt au niveau des accompagnements, fromages et desserts. Ce qui limite grandement les proportions à manger mine de rien.
On va tester le faux gras aussi, enfin j’espère en trouver ^^
Enfin voilà, autant j’ai hâte de faire le réveillon et le 25 en Amoureux, autant c’est vraiment plus pour le moment déco, bougies, belle présentation, que pour me blinder le ventre.
Cela fera la troisième années que ça ne me sera plus arrivé, c’est tellement désagréable l’après fêtes, tellement une connerie d’entendre : « profiter c’est que quelques jours dans l’année », je préfère vraiment manger plus régulièrement des choses qui sortent de l’ordinaire et que ce soit en quantité carrément normale qui n’auront aucune conséquence sur ma santé et mon corps, que de me restreindre de fou en attendant impatiemment ce moment, et finir ces quelques repas en me sentant hyper mal, en courant me réfugier à la salle de sport, etc.
Donc voilà les filles,
Le seul conseil que je pourrais vous donner, c’est de ne pas vous restreindre tout le mois pour vous lâcher sur ses 2/3 jours de Noël et ensuite le jour de l’an. Mangez normalement jusqu’aux fêtes, achetez même un petit bloc de foie gras, un petit peu de saumon fumé et faite vous plaisir quelques soirs avec votre conjoint, avec une amie ou seule juste pour le kiff. Le fait de manger un peu de repas festif avant le marathon de la bouffe vous permettra de ne pas être focalisé sur le fait de vous lâcher, car vous en aurez déjà mangé, que vous en avez surement encore dans votre frigo, donc vous pourrez passer les 10 toasts de trop et vous contentez de manger que deux et attendre les bons plats copieux.
Plus on se restreint, plus on « craque » et on se lâche, on part sur du « foutu pour foutu », et c’est le pire pour le corps et la santé.
___________________
En espérant que mon expérience des fêtes vous aura aidé, éclairé ou juste fait passer du temps en ce dimanche pluvieux lol
J’espère que vos achats de cadeaux de Noël se déroulent bien, pour ma part, tout est fini depuis fin novembre, j’ai voulu m’y prendre très tôt cette année pour étaler les dépenses et être sûr d’avoir fini début décembre pour n’avoir rien d’autres à penser que de me reposer pour ces dernières semaines de grossesse.
Je ne sais pas si vous avez vu mon article sur les idées de cadeaux de Noël?
A très vite les filles,
Des bisous,
*
*
*
*
*
*
Photos de l’an dernier :
 *

 

 

 

 

 

Visit us on FacebookVisit us on PinterestVisit us on Youtube