J’ai pensé à vous écrire cet article sur ce qu’on a fait, ce qu’on changera, ce qu’on recommencera avec bébé 2  en discutant avec une amie qui me demandait conseil avec sa puce qui vient de naître. Je lui ai répondu, que j’avais fait de telle façon et que clairement je recommencerai avec notre deuxième bébé (on parlait cododo). J’avais déjà en tête un point que nous changerions, et je me suis dis qu’il serait bon de faire un bilan de ce que nous avons fait, ce que l’on a fait comme « erreurs » et parler de ce que nous referions ou pas.

Je me suis alors dis que de le partager avec vous intéresserez sûrement.

On sait aussi que d’un bébé à l’autre les choses diffèrent, cependant pas leurs besoins. On sait que le poids peut et va être différent, et le poids de Lyanna nous avait fait prendre des options plus longues que si elle avait fait un poids plus élevé. Lyanna n’avait pas de reflux, ni de RGO, notre fils peut en avoir alors on devra adapter notre façon de faire qui forcément va différer de ce qu’on aura fait avec Lyanna. Mais dans l’idée, c’est est-ce qu’on estime avoir fait des choses qu’on devrait améliorer, complètement changer. Des choses qui ont jouées sur sa personnalité dans un sens ou dans l’autre qu’on aimerait refaire ou au contraire qui lui desservent. 

On parle bien de bébé, pas d’un enfant avec un caractère, une personnalité qui se dessine, s’affirme, avec des réactions propre à chacun. De plus, nous savons bien que d’une fille à un garçon c’est différent, je ne dirais pas l’opposé, ça je ne pense pas, mais différent, et c’est à prendre en compte.

Voici donc, ce qu’on changera et ce qu’on recommencera avec bébé 2

Sommeil

Lyanna a dormi en cododo, entre nous jusqu’à ses deux mois, puis à côté de moi dans son couffin jusquà 4 mois, puis dans son lit parapluie dans notre chambre jusqu’à 6 mois. Une fois les 6 mois de passé, nous avons accepté de la passer dans sa chambre. 

C’était notre souhait depuis toujours et c’est ce que recommande l’OMS pour lutter contre la mort subite du nourrisson, de dormir dans la même chambre que les parents jusqu’à 6 mois plein du bébé. On ne pensait cependant pas qu’elle dormirait entre nous, mais au delà de son petit poids qui a nécessité un peau à peau très fréquent, nous en ressentions le besoin (article sommeil Lyanna ici)

Elle ne se réveillait plus la nuit à partir de 3 semaines. Lyanna était pourtant allaitée. 

Le passage dans sa chambre s’est fait naturellement, elle connaissait cet univers car on l’a mettait depuis ses 4 mois pour faire ses siestes la journée.

Lyanna n’a jamais été un bébé qui dormait avec un rituel particulier, on a toujours eu sensiblement le même rythme, les mêmes habitudes, mais on a jamais été à respecter un ordre précis de choses à enchainer si pour une raison ou pour une autre d’échanger deux habitudes semblait mieux, ou qu’on était dans l’incapacité de faire autrement.

Lyanna dort très bien et a toujours très bien dormi, avec nous ou dans sa chambre. Elle dort peu sur ses nuits, ça oui, mais j’imagine qu’elle tient de moi. Elle fait 21H30/7H du matin en règle générale. 

Lyanna a eut des phases plus difficiles à l’endormissement, ou des réveils nocturnes mais c’est lié au phase de développement de leur cerveau telle que la peur de l’abandon, les terreurs nocturnes, les cauchemars aujourd’hui.

Parfois des phases de 2/3/4 nuits à avoir besoin d’être bercée ou de nous sentir s’endormir près d’elle. Systématiquement quand elle est malade on dort dans sa chambre ou elle entre nous sans attendre une demande de sa part.

Idem, ON A JAMAIS JAMAIS JAMAIS laissé pleurer Lyanna.

On recommencera avec bébé 2 : TOUTE CETTE PARTIE.

Jamais on a regretté de s’adapter à elle, on pense intimement qu’elle a prit confiance en nous, en notre présence, qu’elle se sent rassurée, qu’elle n’a jamais eut besoin d’avoir peur (hors développement naturel de l’enfant), on est intimement convaincus qu’on a prit les bonnes décisions malgré ce que nos parents nous disaient, on en a pas fait un bébé qui redoute le sommeil. Attention encore une fois, un bébé avec RGO, reflux ou autre, ses pleurs ne sont pas de son ressors, il a mal et pleurerait sûrement davantage seul dans son lit… Mais ce n’est que notre ressentis à nous.

Niveau Sommeil : on refera la même !

On a déjà le lit pour qu’il soit contre nous, on a toujours le matelas pour qu’il soit entre nous etc ^^ et ça j’ai hâte.

La TITI : est-ce qu’on recommencera avec bébé 2 ?

Lyanna était en néonat pour sa première semaine de vie, je l’allaitais, impossible de la garder au sein en mode tétine ambulante. On avait déjà les titis mais là, la question ne se posait plus. Elle a eu une titi. C’était chouette la titi, ça la calmait en attendant le sein si j’étais genre aux toilettes, sous la douche, quand elle avait besoin de téter sans manger c’était cool aussi même si je l’avais contre moi. Lyanna tétait souvent, ça la calmait, je l’avais sous les yeux, en voiture ça l’endormait, bref, sur le coup on trouvait ça cool, puis on a l’impression que les bébés ont se besoin de téter en permanence, j’avais la trouille qu’elle prenne son pouce, c’était donc vraiment notre bonne option.

Lyanna avait la titi UNIQUEMENT pour DORMIR, jamais au grand jamais la journée, pendant des jeux, des phases d’éveil. Elle ne l’avait que pour les moments pour dormir, lit, poussette, voiture. Jamais sinon. 

A 1 an et demi, la titi était trop petite, Lyanna ne voulait pas des tailles adaptées et on a eut l’impression que ça déformait sa mâchoire. On lui a donc changé, et ça nous a valut 15 jours de changements, elle ne voulait pas des nouvelles, elle ne dormait plus aux siestes, elle dormait tous les soirs entre nous car elle avait besoin de se réconforter, même les anciennes elle n’en voulait plus. Cela a duré 15 jours, et elle s’est apaisée, puis a retrouvée sa chambre, son lit, ses habitudes. Lyanna n’a donc plus jamais eut de titi depuis ses 1 an et demi

on recommencera avec bébé 2 LA TITI,

après pour ce qui est de comment elle a stoppé la titi, on verra c’était complètement imprévu. On pensait pas à ça avant l’école au moins. Mais clairement, on recommencera à ne donner la titi que pour dormir. Et pour le moment de s’en passer, je vous dirais à ce moment si notre fils déjà en a voulu ou pas lui ^^

L’ALLAITEMENT, on recommencera avec bébé 2 ?

J’ai allaité Lyanna au sein jusqu’à 4 mois, puis en tire allaitement jusqu’à ses 8 mois plein. Au moment où j’ai décidé d’arrêter je pensais reprendre le travail en banque, donc partir du matin au soir et le tire allaitement aurait été compliqué dans l’agence je le savais. Mais a delà de ça, j’étais au bout, pour continuer de stimuler ma lactation, je tirais jour et nuit, toutes les 2/3/4h, je me réveillais en pleine nuit sans que Lyanna elle ne se réveille. Je ne devais pas oublier le tire lait, j’avais les côtés non pratique du biberon, le côté non pratique de l’allaitement disons, ma seule fierté c’était que c’était mon lait. Mais à un moment, ça n’a plus suffit dans ma tête pour continuer. 

JE RECOMMENCERAI,

Oh mon Dieu, que je veux recommencer, ce sentiment était si dingue, que oui, je le veux. Plus longtemps même si je ne m’imagine pas à un certain stade avec mon fils au sein, ce qui est propre à chacun et ne suscite aucun jugement de part et d’autre. J’espère que lui, sera moins dissipé que Lyanna, que je ne serais pas obligée de passer au tire allaitement pour poursuivre mon envie de lui apporter le meilleur selon moi. Mais bon, je recommencerai le même schéma s’il le faut, pour ne pas faire de différence selon moi, et adviendra que pourra sur la finalité et le moment où je passerai au lait.

Article sur mon allaitement ici

LE CHOIX DU LAIT

Lyanna n’était pas intolérante, à aucun lait, elle n’a jamais été dans un besoin d’un lait particulier. Nous avions fait le choix de prendre du lait infantile bio, de vache, de chèvre et de riz. Les trois boîtes ouvertes, on alternait chaque biberon d’un lait (à ses 8 mois du coup et elle n’avait plus que matin et soir, voir dans la journée si elle en voulait)

On a toujours adoré la diversité de goûts qu’on lui apportait, elle a toujours aimé tous les laits.

On ajoutait de la blédine farine de flocon d’avoine dedans voir blédine à la vanille babybio, elle n’a jamais eut de blédine chocolat, caramel et j’en passe qui couvrent les goûts et donnent une envie de sucre aux enfants.

On lui a toujours donné un coup froid, tiède, à température ambiante, c’était pas un jeu, mais notre rythme de vie, un coup en voyage, dans l’avion, à l’hôtel, on faisait selon ce qu’on pouvait, sans trop se poser la question « va t’elle aimer » et elle buvait. 

Aujourd’hui Lyanna tient et réclame toujours son biberon le matin, le soir et parfois en journée quand elle n’a pas trop faim. On écoute ses besoins, pourtant matin et soir elle mange solide aussi mais c’est elle qui décide c’est son rituel à elle, qu’elle n’hésite pas à faire sauter si on est en déplacement, c’est vraiment elle qui gère selon son besoin.

ON RECOMMENCERA avec bébé 2,

on donnera des laits différents, toujours aux goûts non dissimulés, on trouve que Lyanna n’est du coup habitué à aucun goût en particulier. Alors oui, ça vaut plus cher le lait de chèvre, de riz, c’est encombrant 3 boites de lait, mais franchement, si c’est que ça pour donner cette facilité d’adaptation à tout à notre fils, on le refait sans hésiter !

LA DIVERSIFICATION

ON a fait la version/façon classique pour Lyanna, purée mixée, bien lisse. On ne comprenait pas pourquoi lors de l’introduction des morceaux elle vomissait facilement, même après en ayant toutes ses dents. J’ai appris qu’un enfant naissait avec beaucoup de réflexes de survie, et le fait de lui mixer tout, on lui a fait perdre celui de « l’étouffement » (c’est en gros ce que je vous explique). Tous les enfants ne le perdent pas, mais nous elle l’a perdu, Lyanna peut manger des dattes tous les jours, et d’un coup un jour pas fait comme un autre elle l’avale de travers. Elle me vomit la totale de ce qui a été mangé dans la journée. Lyanna ne peut pas trop manger debout, en jouant par exemple, faut qu’elle soit assise et « concentrée » sinon en deux deux elle vomit

NOUS NE RECOMMENCERONS PAS ^^

On va faire la façon DME : avec des morceaux directement, des aliments adaptés mais qu’elle devra gérer dès le début. IL aura des compotes oui, des petits plats de dépannages, mais bébé 2 ne se pas nourrit exclusivement de purée lisse, yaourts, compotes. NOPE, on sait que c’est propre à chaque enfant, mais évidemment d’un premier à un deuxième on revoit ce qui n’a pas été et on se dit que ça ne peut que être sympa aussi de faire différemment. 

L’ALIMENTATION

Lyanna est comme vous le savez un bébé qui n’est pas animé par la bouffe, c’est d’ailleurs ce qui avait fait que j’ai arrêté l’allaitement au sein, car Lyanna gigotait trop, je devais sans cesse me mettre à l’écart, elle devait manger sans personne autour sinon elle se tournait toutes les 30 secondes et ne mangeait rien. 

Elle préfère jouer, courir, lire, s’amuser quoi. Elle mange ce qu’il faut pour se nourrir, mais jamais plus, même si on lui propose un truc qu’elle aime de ouf, elle va prendre ce dont elle estime avoir besoin, si on lui propose un truc en pleine après-midi après le goûter en guise de grignotages par exemple, genre les autres enfants réclament une cochonnerie, elle elle n’en voudra pas, elle n’aura pas faim et n’est pas gourmande. Lyanna a toujours mangé uniquement des légumes, jusqu’à là, y’a quelques mois des féculents de la terre (patate douce, pomme de terre), des légumineuses quinoa, pois chiche, boulgour. On a peu donné de pâtes par exemple ou des complètes. Elle a toujours eut des fromages d’adultes avec du goûts ou plus doux mais d’adultes. Jamais de yaourts plein de sucre ou jamais de yaourts pour bébé non réfrigérés. 

Lyanna aime tout ce qu’on lui propose, sauf l’avocat, c’est l’aliment qu’elle ne mange qu’en gâteau, smoothie. Elle n’aime pas sinon. Elle mange tous les aliments qu’on lui met dans son assiette, y’a peu de chose qu’elle n’aime pas. Quand elle ne mange pas c’est simplement qu’elle n’a pas faim. On ne lui donne jamais rien d’autres dans ce dernier cas sauf un biberon. Elle a un dessert que si son assiette est finie pour autant on ne lui a jamais dit ça, c’est-à-dire que jamais on ne lui a dit « mange/finie ton assiette si tu veux une compote ». Elle mange, on lui propose, elle ne mange pas, on passe à autre chose (biberon). Du coup y’a jamais eut de questions sur le fait « qu’elle choisisse ou non, qu’elle manipule etc » NOPE, on ne pense déjà pas ainsi mais surtout on a jamais fait en sorte de se retrouver dans ce genre de situation.

ON RECOMMENCERA avec bébé 2,

on est fiers, vraiment d’avoir tout donné, d’avoir la patience, de trouver au fond de nous la patience de faire manger Lyanna même après 45 minutes devant nos assiettes, on est fiers qu’elle mange de tout et ne soit pas attirés par toutes ces merdes qu’on voit encore bien trop. Fiers qu’elle n’ait jamais mangé de bonbons à deux ans et demi

On recommencera tout. On ne changera pas nos habitudes et notre conception de la nourriture, de l’alimentation, de s’alimenter par besoin que par envie. On pense que ça ne peut que leur servir pour plus tard. On verra pour le plus tard mais aujourd’hui on est fiers. 

LE DOUDOU

Lyanna a 1 doudou en 4 exemplaires, deux pour la maison pour faire des roulements lavage, et deux pour l’extérieur, un toujours en stand-by hôtel pour son lit qui ne va pas dehors, et un qui traine en poussette et dans la voiture, que j’ai partout quoi en cas de sieste.

Je/on trouve le roulement parfait. Deux à la maison qui ne s’abiment pas, et deux qui passent en machine à chaque retour de séjour, déplacement etc. 

ON RECOMMENCERA avec bébé 2,

vous l’aurez compris directement c’est selon nous, et pour nous qui bougeons beaucoup une très bonne organisation.

LA CRECHE, est-ce qu’on recommencera avec bébé 2 ?

Lyanna a été à la crèche à 9 mois, pour la première fois. J’appréhendais car c’est pile le moment où ils redoutent l’abandon, mais ça a été niquel. Je l’ai gardé auprès de mois avant car j’estimais qu’elle était trop petite, que j’avais pris mon congé pour être auprès d’elle, ça ne l’a jamais rendu plus timide, insociable ou autre, et bien au contraire.

Je reste toujours un peu, je discute toujours avec les dames, avant/après la journée. Je demande ce qu’elle a fait, je leur pose plein de questions, non pas pour surveiller, mais pour ensuite pouvoir échanger avec Lyanna. Depuis ses plus jeunes mois, je pose des questions et quand on rentre je lui demande à elle, et je réponds à sa place quand elle ne parlait pas encore, ça a développé chez elle, l’envie de toujours me raconter. Au début elle écoutait, elle devait surement se remémorer, par la suite elle acquiesçait et aujourd’hui elle me raconte et je complète les histoires. 

ON RECOMMENCERA avec bébé 2,

je serais toujours à mon compte depuis la maison, en congé parentale pour bébé deux, je le mettrais quand même à la crèche quand le moment sera venu, pour être équitable : pas avant ses 9 mois, puis ensuite si lui n’est pas prêt ça attendra qu’il le soit, ça on avisera. Mais la place est déjà réservé.

Je suis heureuse de l’avoir mis en crèche et non chez la nounou, je vous en parle ici.  

QUITTER BEBE AVANT UN AN

Je n’ai quitté Lyanna 3 nuits qu’à son premier anniversaire. Pas avant, j’avais lu qu’il ne fallait pas, que l’enfant n’était ni prêt, ni capable de vivre le manque, même si nous adulte on peut être amené à penser le contraire. Je n’ai jamais ressenti le besoin, l’envie de partir dormir ailleurs sans Lyanna, pour moi son bien-être passe en premier et comme selon moi, son bien-être c’est de me sentir près d’elle afin de ne pas lui générer des angoisses, la peur de perdre son repère, ressentir le manque, toutes ses émotions passent avant tout. Alors la question ne se posait même pas, ni l’envie. J’me suis toujours dit que nous en tant qu’adulte qui comprenons les choses, on ressent le manque de notre chéri(e) quand absence il y a, alors comment un bébé peut le comprendre, l’accepter ??? C’est encore une fois notre vision des choses.

JE RECOMMENCERAI :

Je suis intimement persuadée que ça a été bénéfique pour Lyanna d’être chaque jour auprès d’elle, la coucher, aller la chercher au réveil, qu’elle me voit dans les premières minutes, toujours me sentir pas loin. J’avais le coeur déchiré quand j’ai appris qu’elle me cherchait du haut de son petit âge, qu’elle ne comprenait pas où j’étais et surtout que j’allais revenir, elle n’a pas pleuré, elle était avec Thib, de toute façon on est jamais partit tous les deux sans elle avant ses 2 ans et ce fût une nuit. 

EMMENER BEBE PARTOUT AVEC MOI

J’emmène Lyanna partout avec moi, sauf cas exceptionnel comme un déplacement d’une journée non adaptée pour elle et encore il faut que ce soit rémunéré pour que je la laisse, sinon Lyanna c’est comme mon ombre ; toujours avec moi. Non que je sois une maman stressée de la laisser, mais Lyanna est heureuse avec moi, elle aime me suivre, elle aime découvrir, elle aime rencontrer des gens, j’aime lui expliquer et lui débriefer mes journées. C’est aussi important de lui apprendre que je travaille, même depuis la maison, que la vie n’est pas de rester chez soi à ne rien faire, mais qu’on peut être chez soi et travailler, et parfois être amené à se déplacer dans le cadre de son travail. Mais pas que, les courses, les sorties entre amies (shopping, balades, boire un verre en ville à 16h), les restaurants, tout ça constitue la vie, et je lui apprends à vivre, en communauté, entre nous, partout, tout le temps. C’est important. Je ne ressens pas le besoin de partir seule, sauf si je dois aller très vite et que le moment ne sera pas agréable du tout pour elle, mais souvent je fais en sorte de diviser mes taches car même pour moi c’est pas un kiff d’être dans le speed.

Lyanna est un individu à part entière qui a besoin de vivre des choses, d’apprendre, d’observer, de comprendre, et selon moi, c’est mon rôle (et celui de Thib) de l’accompagner dans toutes ces étapes. 

Lyanna est une petite fille curieuse, sociable alors qu’elle ne va en crèche que 5 jours dans le mois parfois 9 mais rarement plus et souvent moins. Elle a beau vivre essentiellement qu’avec Thib et moi, elle ne craint pas le monde, elle n’a pas peur d’aller vers les autres. Elle est dégourdie, elle s’exprime, elle nous semble clairement épanouie. Et je pense sincèrement que c’est grâce à toutes ces choses, ces fois où je l’emmène, partout, que l’on s’adapte ensemble. 

Alors oui :

JE RECOMMENCERAI.

LES VOYAGES, est-ce qu’on recommencera avec bébé 2 ?

Même débat, combien de fois on m’a dit « elle ne s’en rappellera pas, quel intérêt, laisse là nous, ce n’est pas sa place ». Pour commencer : faut il attendre qu’un enfant se souvienne pour commencer à lui faire faire des choses

Lyanna encore une fois est un individu à part entière et tout ce qu’elle vit la construit, lui forme sa personnalité, et si elle ne se souvient pas exactement, elle devient grâce à tout ça, l’enfant exceptionnel qu’elle est. Puis, MOI, NOUS on se souvient, et nous avons voulu une famille pour nous créer nos souvenirs.

Donc déjà une fois que l’on pense ainsi, que l’on se rend compte de tout ce que Lyanna apprend en 1 semaine de voyage, à l’étranger, en France, au ski, à la mer, à la montagne, peu importe, qu’elle entend de nouveau mot, qu’elle a une nouvelle routine, un nouveau lieu de vie, un nouveau lit, quand on voit comment elle s’adapte, comment elle s’épanouie, comme aussi elle gère une journée intense, comment nous on gère aussi, comment elle se tient pendant 11H d’avion, 8h de train que elle et moi, la confiance qu’on a l’une pour l’autre, le fait de savoir que même si elle pleure, je ne serais pas stressée car c’est la vie, qu’elle peut jouer, me parler, qu’on va faire des activités, bref, les voyages forment Lyanna mais nous on formé aussi, clairement. 

On en tire que du positif, la crèche me le dit chaque fois, ça se voit que Lyanna voit beaucoup de choses, qu’elle voyage, elle sait rester attentive quand il le faut (sauf repas lol), elle est attentive aux autres, douce, joueuse, serviable. Bref, nous on sait à quel voyage, quelle situation elle a acquis telle façon d’être. On est fiers aussi de ses voyages avec elle, et au délà de je recommencerai ou pas, c’est plutôt

MON DIEU POURVU QUE JE PUISSE OFFRIR LA MEME CHANCE A NOTRE FILS.

OUI NOUS RECOMMENCERONS à voyager avec les DEUX ! Et ne me parlez pas de l’école, des jours de présence, Lyanna apprendra mille fois plus avec nous qu’en étant entre les mains de l’éducation nationale. Puis les jours d’absences, nous ferons le programme scolaire « comme si c’était l’école à la maison ».

NOTRE FACON DE NOUS EXPRIMER / LES FESSEES

On emploie peu, même très peu la négation, malgré que Thib ait plus de mal, et va dire par exemple « tu ne veux pas faire pipi ? » au lieu de « tu veux faire pipi », il se rend compte très vite que Lyanna lui répond de la même construction que ce qu’il a fait avec sa question, elle répond non. Eh oui, à leur âge, ils ne comprennent pas la négation question, pas le second degré, pas le non qui veut dire oui. Pour eux, le sens premier du mot c’est sa signification. POINT. Enfin c’est ce que l’on a lu, compris et remarqué chez nous aussi.

Je parle essentiellement en positif, en affirmation avec Lyanna, mes questions sont ouvertes, et donnent envie de… faire, répondre.. etc.

Je répète sous plusieurs formes les choses à Lyanna, c’est à dire, « tu as vu Lyanna y’a le chat dehors », « tu as vu le petit chat, il est marron », « regarde Lyanna le chat dehors, il se promène ». Par la suite, je lui demandais de me dire ce qu’elle voyait, la couleur, et ce qu’il faisait. Elle sait décrire des scènes entièrement, s’en souvenir, et a apprit beaucoup de mots comme ça, je trouve. Ou encore, Lyanna il ne faut pas toucher à la plaque de cuisson, ça brûle. ça brûle car maman l’a fait chauffer pour faire à manger. Si tu te brûles tu vas avoir très mal, tu vas avoir bobo. Bref, vous avez compris l’idée de ce qu’on fait ^^

On a toujours évité les conflits, les pleurs d’opposition, on a toujours fait la diversion, mais vraiment, la vraie diversion, genre, Lyanna veut quelques choses que je trouve être dangereux, pas approprié pour elle, ou pas l’heure, bref une raison x ou y, je lui dis (on lui dit) OH OH MAIS REGARDE REGARDE et on lui montre autre chose avec un attrait tellement profond qu’elle se dirige vers ça.

Exemple concret : Hier Lyanna voulait absolument allumer la télé, elle revenait de chez mon frère avec Thib, y’avait la télé en fond (chose que je ne comprendrais jamais mais bon), du coup en rentrant, elle demande d’allumer la télé, je lui explique que c’est chez tonton que la télé s’allume mais qu’ici elle a plein d’autres choses à faire plus intéressante que ça, elle se met à pleurer, du coup, ni une, ni deux, nous voilà parti dans un cache-cache avec Thib, elle s’est levée en courant du canapé et nous a rejoint pour jouer avec nous. On a joué 10 minutes à peine, et elle ne nous a jamais reparlé de la télé. Typiquement voilà exactement comment on a toujours fait, elle ne veut pas qu’on lui lave les dents mais elle veut le faire seule, je mets ma brosse à dent dans ma bouche et je lui demande de me le faire pendant que je lui fais à elle. Etc etc. Alors oui, parfois on a pas l’idée qui vient de suite notamment quand on est fatigués, quand on est sur une journée « sans ». Mais c’est pourtant le plus simple, le plus facile à faire que de créer et accentuer un conflit avec un bébé. C’est selon nous plus agréable d’en arriver à ce qu’on estime être bon sans passer par la case crier, pleurs : qui ne sert à rien. Selon nous. 

En tout cas, on ne fait pas face à des conflits, on les évite, on les sent venir, on joue la diversion, et on passe de belles journées. Lyanna n’est pas un enfant qualifié d’enfant roi par les vieux de la vieille en pratiquant ainsi. 

Justement, elle n’est elle même pas conflictuelle, la crèche me le dit et nous on le remarque quand on va en collectivité, si elle est proche d’un conflit entre deux enfants, qu’un enfant lui cherche/fait un conflit, elle l’ignore, détourne son attention, et reviens faire ce qu’elle avait en tête quand l’enfant s’est calmé. Ce qui n’enlève en rien son caractère car si à l’inverse c’est elle qui a un jouet, et qu’on vient lui piquer des mains, elle sait rester ferme et refuser qu’on lui enlève. 

Nous n’avons jamais au grand jamais mis de tape sur les mains, la tête, les fesses de Lyanna, jamais un mot méchant à son égard, j’ai déjà entendu des parents dire à leur enfant « tu es un monstre », UN MONSTRE… Chacun interprète cette phrase, j’ai mon avis sur le sujet. Si Lyanna fait quelques choses qui me déplait c’est pas Lyanna qui me déplait c’est l’action faite. Je lui dis donc que la situation (j’explique la situation) me déplait. Oui, on parle BEAUCOUP, BEAUCOUP, je lui explique en long en large et en travers, c’est de la patience ? Je ne sais pas, je pense juste que si je n’ai pas envie de parler à mon enfant personne ne mérite mes paroles, mon temps, ma patience, mon attention. 

Cependant, quand j’estime que c’est « non » pour telle ou telle situation, que je l’explique, je ne cède pas ensuite. Les mots ont un sens et je respecte celui-ci. Je suis crédible et je suis « ferme ».

Par exemple, il est arrivé que Lyanna ne m’écoute pas, on devait aller en ville, elle savait qu’il y avait le manège, elle m’en parlait, mais ce jour là, elle n’avait pas du tout décidé d’être coopérative, je lui ai expliqué que si on ne se dépêchait pas on ne ferait pas de manège car on aurait pas le temps de faire ce que j’avais d’urgent à faire, elle n’était pas pour se dépêcher et arrêter de me faire tourner en bourrique, on a été en ville, on avait le temps de faire le manège, on est passé devant, je lui ai ré-expliqué que NON, on ne ferait pas de manège car elle n’avait pas voulu se dépêcher tout à l’heure, que je lui avais expliqué les choses, que c’était pas grave on en ferait une prochaine fois, mais que là, ce n’était plus possible. J’aurais pu lui faire faire, mais comme elle m’avait fait dire « Lyanna si tu ne te dépêche pas on ne pourra pas faire de manège », que j’ai attendu clairement après elle, je ne me voyais pas lui faire faire ce tour, c’était contre productif pour elle et moi.

ON RECOMMENCERA avec bébé 2,

clairement, on ne voit QUE des bons côtés à cette « nouvelle éducation », oui, c’est comme tout, les recherches avancent, les chercheurs ont enfin prit le temps de se pencher sur le développement de l’enfant, les moyens sont mis en oeuvre pour les comprendre et on en tire que de belles réussites, de belles évolutions sur l’enfant. 

Evidemment, d’un sexe à l’autre, d’un enfant à l’autre, les personnalités sont différentes, mais selon moi on est pas dans du cas par cas pour ces thématiques, on est dans une bienveillance à appliquer à tous les enfants, ils réagiront, apprendront, évolueront à leur rythme, il faudra accentuer pour certains, être encore plus répétitif pour d’autres, mais la base est selon moi importante. 

Je vous explique vraiment ce qu’on a fait et qui selon nous a été bénéfique, ou pas sur le développement de Lyanna. Je ne dis pas que j’ai raison pour vos enfants, j’ai juste raison pour les miens.

LA TELE/ LES ECRANS

Nous ne mettons pour ainsi dire jamais la télé à Lyanna, sauf les cas de force majeur telle que : fièvres (ça a dû arriver 4 fois en 2 ans et demi), si j’ai pas pu faire nos valises pendant sa sieste ou la présence de Thib (sur 20 voyages ça a dû arriver 4 fois), l’avion sur des longs courrier (soit plus de 6h de vol), ou … j’sais pas, mais on ne l’allume jamais cette télé. Chez les gens, on ne dit rien, on subit sauf chez mes parents je demande à l’éteindre, ou je subis… Souvent chez les gens y’a des enfants donc elle n’y prête pas attention, ou bien, si elle regarde clairement j’suis dégoutée au fond de moi car je sais qu’elle va me la demander le lendemain tellement elle ne l’a jamais, même nous, on ne regarde ni info, ni série, ni films, ni clip si y’a Lyanna avec nous, même moi je ne sais pas mettre la télé, juste Netflix. 

Lyanna a par contre quelques stories des copines qu’elle connait, des vidéos de Eden et Maé, si on met ça par jour, elle doit avoir quoi 5 stories de 15 sec, parfois elle n’a rien du tout, et parfois elle a 10 stories car j’lui ai montré plusieurs des copines, on appelle aussi mes parents en facetime, elle a donc l’écran quand ça arrive. C’est ni tous les jours, ni 1h, mais les échanges n’ont rien à voir avec le fait de les robotiser/lobotiser devant un dessin animé qu’ils ne comprennent même pas avant un certain âge. Et même les comptines, ou dessin animé dit « éducatif » si on est pas à côté pour leur commenter, il n’y a rien de bon à part comme dirait mon père « mais mets lui, tu pourra travailler plus dans ta journée, tous les parents font ça, tu crois qu’ils font comment ceux qu’en on 4 »… Je lui réponds que déjà j’en ai pas 4, que chacun fait comme sa conscience lui dit de faire mais que la mienne n’y voit rien de bon à part me décharger de mon enfant. Alors oui, pour faire des valises, j’ai pas le choix, mais ça n’est arrivé que les doigts d’une main, j’fais pas nos valises pendant 2h. Bref, y’a aucune interdiction, mais on est clairement dans un « jamais » qu’un « des fois ».

ON RECOMMENCERA avec bébé 2 :

Clairement ! Le fait de ne pas avoir de télé, de dessins animés, Lyanna se concentre et s’intéresse au reste, elle a développé son ouïe, elle entend tout, reconnait tout, elle voit tout, j’sais pas comment vous expliquer, nous on a vraiment vraiment vraiment l’intime sensation que ça vient de là, elle peut rester des heures dans un train sans jamais avoir aucun écran, rien qui l’occupe autre que ces jeux et le décor dans lequel elle est. Au restaurant JAMAIS AU GRAND JAMAIS NOUS NE LUI AVONS MIT NOS ECRANS ! On a boycotté tristement les restaurants plusieurs mois car elle perdait patience d’être dans une chaise coincée, qu’on ne pouvait pas trop la mettre par terre car on trouvait ça sale et qu’elle mettait tout à sa bouche et ne marchait pas. Mais on a vraiment l’impression que ce « non écrans » a été bénéfique pour elle, son développement. Jouer ou regarder la télé : elle joue. Quand je vois les enfants d’aujourd’hui préférer un écran à jouer dans le jardin, ou jouer entre eux car ils sont 3 du même âge, ça me bousille !

Peut-être que certaines me diront mais Mary RIEN A VOIR Lyanna est comme ça pour telle ou telle raison scientifique, ou le hasard de sa personnalité, surement, mais aujourd’hui je vous explique ce qu’on a fait avec elle, ce qu’elle est aujourd’hui, les conclusions qu’en tant que parents on en tire, le lien qu’on en fait avec ce qu’on a fait pour elle, et si on estime intéressant ou non de reproduire ses « bases » de notre éducation, apprentissage. Rien de plus. Ni leçon de vie, de morale, ou de « je fais mieux que les autres », on est d’accord, et bien sur la même longueur d’onde hein^^

L’EVEIL / LA MUSIQUE / LE SILENCE 

Lyanna depuis ses 6 mois on lui donne des livres sonores, comptines, livres qui disent des mots, les livres sonores ont toujours été très présents, tout comme les livres sans sons. Elle adore ça, Lyanna va seule lire, elle nous demande une histoire chaque soir, elle a pratiquement toujours un livre près d’elle, elle aime qu’on lui montre les choses, les « cherche et trouve ». Bref, les livres font partie intégrante de ses journées

Nous avons toujours mis de la musique à Lyanna, dès ses premiers jours à la maison, je la faisais danser, je chantais, puis avec le temps qui avance nous avons toujours continué cette habitude, on danse ensemble tous les matins que je vous le partage ou non en story, elle chante à tu tête, me demande de la musique dans la journée pour chanter, pour qu’on danse, me demande de danser clairement, elle aime ça, ça lui procure beaucoup de rires, à peine monté en voiture elle me demande des musiques, mais ça a toujours été, même bébé, on avait téléchargé les comptines sur nos téléphones afin de lui mettre en voiture car elle nous les demandait systématiquement.

Pour autant comme je travaille de la maison, et que je ne sais littéralement pas travailler avec de la musique, j’ai besoin de « silence », Lyanna a toujours été habituée à jouer sans bruit autour, je l’observe, elle joue seule, en pleine conscience pour les histoires qu’elle s’invente, sans rien pour la dissiper dans sa créativité, elle sait jouer des heures seule, passant d’un endroit à l’autre de la maison, sans avoir besoin que je l’accompagne dans ces jeux.

ON RECOMMENCERA avec bébé 2,

la totalité de ces façons d’éveiller Lyanna, on a l’impression d’avoir trouvé un juste milieu, Lyanna sait aussi bien jouer seule et dans le calme qu’elle n’est pas traumatisée quand il y a du bruit, qu’elle peut faire la folle. Elle aime aussi bien danser que lire. Peut-être qu’elle est juste très polyvalente, mais en tout cas, pourquoi avoir envie de changer de façon de faire, quand on voit la petite fille qu’elle est actuellement ? Peut-être que notre fils n’aimera pas lire, ou n’aimera pas danser, mais je lui aurais les mêmes cartes en main pour savoir s’adapter à ces situations, le calme, le silence, le bruit.

INTERVENIR AVEC LES AUTRES

Je suis une maman sûre de moi, à part pour les cas de « maladie » de Lyanna, je n’ai jamais appelé ma mère pour lui demander son avis. Quand je suis face à une interrogation, je cherche dans les mamans nouvelles générations, je me tourne vers des vidéos youtube comme Les Maternelles, j’ai très vite compris et ça dès ma grossesse que la seule décisionnaire, serait moi (et Thib on est d’accord). J’ai la force de caractère pour affronter les gens, je me remets en question régulièrement et suffisamment pour toujours faire mieux, toujours me demander si ma réaction était la plus adaptée. Si mes choix sont bons. Une fois que je sais ce qui est bon, que je suis en accord avec moi même, rien ni personne ne peut m’arrêter dans l’éducation de ma fille. 

Je fais toujours selon elle, selon mon intuition, selon mes recherches auprès de maman dans la même vision que moi (oui inutile d’aller demander une réponse à une maman qui fait tout l’inverse en général de ce que vous pratiquez, ou alors demandez lui et faites tout l’inverse, ça peut être alors la solution lol).

Je me suis jamais tu pour Lyanna, alimentation, télé, bébé elle était toujours dans mes bras, quand on me disait que j’allais en faire un bébé à bras je répondais que c’était mon problème (je savais qu’à ce moment Lyanna avait besoin d’être dans mes bras, ou moi j’avais besoin de la sentir contre moi, alors je répondais à nos besoins sur le moment présent car c’était plus important que d’anticiper un « problème » qui surement n’existerait pas)

Faire comme je ressentais être le mieux nous a toujours été bénéfique.

Mais .. j’ai merdé ! Oui, quand nous sommes partis au Mexique 15 jours avec mes parents, j’ai laissé passer deux choses qui n’auraient pas dû arriver.

Le contexte était que je ne voulais pas pourrir les vacances à être sur le dos de mes parents, pour autant je gardais des priorités comme la télé, les gros mots, les ordres etc, mais voilà, j’ai dû « lâcher prise » sur certains points et clairement je l’ai regretté ! On ne lâche pas prise pour l’éducation de son enfant. 

Mon papa ne sait montrer son affection que par la chamaillerie, taper les fesses quand Lyanna passait à côté de lui, lui mettre le doigt dans l’oreille… Lyanna je l’ai toujours embêtée, mais la tape sur les fesses elle n’a pas comprit, elle m’en a parlé, j’ai essayé d’en parler à mon père sans l’accuser, car je savais qu’il se braquerait et ne jouerait plus avec elle car c’est sa seule façon de montrer son amour. Je disais tout haut, maiiiis papy arrête de taper Lyanna, oohlala Papy. Mais il n’a pas saisi que c’était quelques choses qui me gonflait car quand je ne veux pas je dis clairement « non, merde, point, je décide ». Donc du début à la fin j’ai merdé. Idem pour ma mère, elle dit non pour tout car elle a peur de tout, non Lyanna ne cours pas, non Lyanna ne monte pas les escaliers, Lyanna fait ça, fait comme cela… Lyanna on est jamais sur son dos, elle connait les dangers, ou alors on les identifie et on lui explique directement mais après on la laisse vivre.

Ma mère lui disait donc non à tout, pour au final la laissé faire, elle me regardait, je lui faisais les gros yeux et elle laissait Lyanna. Ma mère a toujours compté jusqu’à 3… attention, 1, 2, attention, 1, 2, tu arrêtes, je compte jusqu’à 3… Bref vous connaissez ce schéma de la maman qui gueule plus qu’elle n’agit. Et bien elle a fait pareil avec Lyanna, elle disait non sans expliquer, sans raison tout simplement juste par peur de «TOUT ».

Quand on est rentrés, Lyanna tapait, Lyanna ne saisissait plus le « non ça on ne fait pas c’est dangereux », il n’avait plus de valeur . 15 jours à galèrer , littéralement galèrer ! 

On s’en est mordu les doigts et notre Lyanna était déboussolée ! 

Je m’en suis voulu comme vous n’imaginez même pas. J’ai regardé des vidéos, des articles, comment réagir face à un enfant qui tape. L’horreur dans ma tête.

J’avais des déplacements où je ne pouvais pas emmener Lyanna, j’ai tout annulé, je ne voulais pas demander à ma mère de la garder alors qu’on était en plein dans une sorte de phase de reconstruction (j’sais pas si on peut appeler ça comme ça mais vous comprenez l’idée), Lyanna passait avant tout ! 

C’est rentré dans l’ordre après beaucoup beaucoup beaucoup de patience, de discussions, d’explications, et là je me suis dis PLUS JAMAIS ! Tant pis si je vexe, si je saoule, si j’énerve, le lâcher prise sur les principes éducatifs ne peut pas exister dans ce genre de cas. Mes parents n’ont rien fait de mal, clairement pas, mais c’est leur personnalité, ils aiment Lyanna plus que tout, mais je devais leur dire NON ça on ne fait pas avec ma fille, NON tu lui fous la paix, elle peut monter ces putains de marches !

Alors ce que JE RECOMMENCERAI c’est de me battre pour mes convictions !

Ma façon d’éduquer. Non je n’ai pas la science infuse, non je ne suis pas parfaite, comme vous le voyez je fais aussi des erreurs, mais ma plus grosse erreur était de ne pas m’écouter moi. On recommencera avec bébé 2.

POUSETTE/ECHARPE DE PORTAGE/PORTE BEBE

Lyanna a toujours été porté en écharpe à la maison les jours où elle/j’ en avait besoin. En poussette ou en porte bébé lors de nos déplacements, selon le déplacement, on prenait l’option qui s’y prêtait le mieux. En voyage, on emmène les deux. Si on reste en ville c’est poussette, si on part en balade dans des endroits où ça ne roulera pas on prend le porte bébé. 

ON RECOMMENCERA avec bébé 2,

on a jamais vu de mal à mettre Lyanna dans une des trois options, la poussette est parfois dites de pas adaptée pour les positions de bébé, mais j’arrive pas à comprendre pourquoi, c’est comme un siège auto ? Je ne sais pas. Puis comme on voyage vraiment vraiment beaucoup, on ne s’imagine pas porter Lyanna sur nos épaules puis ensuite deux bébés sur les kilomètres de citytrip. On l’a trouve mieux en poussette avec ses jeux. Je ne sais pas, mais c’est vrai que là, on a un avis qui est juste, on ne voit pas ce que ça fait. Du coup, oui on reprend une poussette, clairement, pratique.

LES MILLIERS DE BISOUS ET JE T’AIME, DES MOTS TENDRES

Lyanna chaque jour qui passe, je la regarde dans les yeux et je lui dis à quel point je l’aime, à quel point elle est ma vie, qu’elle est belle, gentille, intelligente, à quel point je suis fière d’elle. Mon papa qui n’a jamais eut ce genre de mots pour lui et de ce fait ne les a jamais eut pour nous, ne comprend pas, il admire mais ne comprend pas. Chaque fois que je dis ces mots à Lyanna, dans les yeux, je vois les siens qui s’ouvrent et s’émerveillent, elle sourie timidement, et passe à autre chose. Je lui redis, encore et toujours. Avant de s’endormir, quand je lui mets de la crème, parfois même sur le pot quand je vois qu’elle sait déjà faire. Quand elle me dit une chose drôle.

Bref, oui, je lui dis peut-être 10 fois par jour, c’est clairement plus fort que moi. Les « je t’aime » n’en parlons même pas, mais je ne lui dis pas à la volée, je lui dis toujours d’une façon où elle comprend le sens, c’est pas un mot dit au hasard. Je lui fais mille bisous par jour. 

Je fais peut-être une erreur, peut-être qu’elle va prendre la grosse tête, mais ce sera à moi de lui expliquer les choses, en tout cas actuellement elle se construit, elle construit sa confiance en elle, et j’aime la voir ainsi. Déterminée, sûre d’elle, câline, qui me dit je t’aime exactement dans le moment le plus mignon qu’il puisse se produire dans une journée.

Ce n’est pas parce qu’on couvre un enfant de bisous qu’il sera câlin, ça je n’en sais rien, mais en tout cas la totalité de ce que je fais avec Lyanna c’est pas un choix, c’est plus fort que moi. 

JE RECOMMENCERAI,

au délà d’avoir l’impression que c’est bénéfique, c’est surtout incontrôlable pour moi. Quand vous me dites que je suis très complice avec Lyanna, je ne l’explique pas, j’ai toujours tout tout tout donné pour elle, et ce n’est que le début. J’ai toujours su que je voulais être maman, que ma vie serait mon échec sans enfant, aujourd’hui, je peux comprendre pourquoi, c’était écrit, je ne vis que pour eux.

LE PARC/ LE TROTTEUR

Je mets ces deux là ensemble car en fait ils m’ont servit pour la même raison ! Sécuriser Lyanna quand j’avais un truc à faire. Genre passer l’aspirateur, aller à la boîte aux lettres, ouvrir au facteur avec qui on discute toujours et à l’entrée car on ne rentre pas chez nous avec ses pompes, et chez nous il fait froid donc je ne prenais pas Lyanna dans les bras. 

Le parc me servait vraiment à ça. Le trotteur lui, c’est que Lyanna voulait h24 être debout, mais je ne pouvais pas toujours l’avoir dans mes bras pour la garder debout, et pas possible à quelques mois de la laisser se débrouiller car elle pleurait direct voulant juste être debout. 

J’ai trouvé bon POUR LYANNA au vue de son caractère d’avoir recours au trotteur. Toujours pieds nus pour qu’elle ressente le sol et ses appuies, mais en soit c’était pas du tout une conviction mais une alternative qui convenait à Lyanna.

Je ne peux pas dire si on recommencera ou pas, car là, clairement c’est bébé 2 qui décidera, s’il n’est pas fada de vouloir être debout tout le temps, on le laissera tranquille par terre sur son tapis, s’il est comme Lyanna, on avisera. Idem pour le parc, si on ressent qu’il faut le parc pour sécuriser un moment, on s’en servira sinon, on a un espace adapté à bébé.

LE POT

On a commencé le pot il y a fort longtemps. Je me souviens c’était à un an et 3 mois de Lyanna, on était en Guadeloupe (Lyanna marche depuis ses 10 mois), il faisait chaud, on la laissait nue dans l’appartement dès qu’on rentrait, du coup on avait commencé à la sensibilisé au fait de faire pipi, elle faisait par terre évidemment, du coup on lui disait « oh t’as fait pipi bébé », elle a alors enregistré le mot et l’action de faire pipi. Ensuite en rentrant, on savait quand elle faisait caca, c’était toujours aux mêmes heures, alors on lui proposait le pot, je me mettais à côté d’elle, et on lisait un livre, elle adorait et réussissait très bien. On a bien cru que Lyanna serait propre à un an et demi, puis elle n’a plus eut envie, on l’a laissé faire, et y revenir en lui proposant quelques semaines plus tard, un coup oui un coup non. On ne se prenait pas la tête clairement. On a fait ça jusqu’à ses 2 ans et 4 mois, en mode on propose, si tu veux vas-y, si tu ne veux pas : c’est pas grave.

Puis l’école approchait, on s’est dit qu’il fallait qu’on passe l’étape irréversible : enlever la couche définitivement la journée.

Vendredi 31 mai au matin, je me décide, je lui enlève, et lui explique que comme sa copine Luce à la crèche elle aura une petite culotte et plus de couche, que dès qu’elle veut faire pipi elle fonce au wc ou nous demande de l’aide si elle veut.

Un seul pipi dans sa culotte (qui était un bloomer car je n’avais pas du tout prévu ce passage d’étape) car elle était en balade avec la crèche. Plus un seul accident de la journée ensuite et elle fonçait seule au wc pour le pipi et le caca.

2 semaines après on peut dire que Lyanna est propre la journée, car même dans les transports elle se retient ou me demande, même quand elle est entrain de jouer avec ses copines. Bref, la transition date depuis très longtemps et on en est bien contents. 

ON RECOMMENCERA avec bébé 2

avec le même cheminement et on s’adaptera à notre petit garçon. Pour la vidéo complète sur mes astuces pipi etc c’est sur ma chaine Youtube

 

Voilà les filles, voilà ce que je peux vous dire des on recommencera ou pas, j’ai demandé à Thib son aide, est-ce qu’il ressent l’envie de changer une méthode que l’on a fait pour Lyanna, il m’a dit qu’il avait beau chercher pour lui, on a toujours fait selon nos intuitions, selon des méthodes positives et qu’il n’a rien à redire de ce que Lyanna est actuellement et depuis ses premiers jours. On ne considère pas avoir LA méthode pour tous les enfants de la terre, mais on a trouvé LA méthode pour NOTRE ENFANT

Peu importe comme nous devrons nous adapter avec notre fils, si les choses se déroulent pareil ou pas, on se dit qu’on repart de zéro, pour lui, pour nous. On a jamais vécu le fait de gérer la parentalité avec deux enfants, gérer le fait que Lyanna avait un exemple à suivre, là, on repart de zéro clairement et c’est très bien, car on sait qu’on a tout à apprendre comme pour Lyanna. Des remises en questions, des intuitions à suivre, des rythmes à remodeler.

Rien est écrit, tout est à écrire, et pour Lyanna encore et toujours aussi. Mais on est fiers et on a pas à s’en cacher d’avoir réussi à chaque étape, chaque incompréhension à trouver une porte d’apprentissage positive, qu’on se soit aidés, parfois engueulés évidemment hein, mais qu’on a réussit à avancer sans créer de frustration à notre enfant

Il faut savoir être fiers de soi, cela ne veut pas dire dénigrer les autres, NON, c’est savoir apprécier nos bonnes actions, nos bons choix, ce que font les autres faut s’en foutre, mais savoir se féliciter faut savoir le faire ! C’est important pour les bases de la famille, du couple, et de l’après. Rien est acquis on ne sait pas combien de temps on va pouvoir être heureux alors quand on l’est, il faut savoir le reconnaître. Mais ça c’est notre façon de penser.

J’espère que ça vous donnera envie de tirer votre propre bilan, nous du coup, on va aller se faire un petit apéro pour trinquer à tout ça, comme je le dis, qui sait combien de fois on pourra trinquer à notre parentalité ^^

Je vous embrasse les filles, et soyez fières de vous quand vous savez que vous pouvez l’être ! Vous faites de votre mieux ! 

Certaines photos proviennent de la talentueuse Justine

[wdi_feed id="2"]
%d blogueurs aiment cette page :
Visit us on FacebookVisit us on YoutubeVisit us on Pinterest