Hello les filles,
 *
On se retrouve aujourd’hui pour que je vous dresse mon bilan de ce 3ème mois de grossesse terminé.
 *
Je ne l’ai pas sentie passer, comparé au deuxième mois que j’avais trouvé particulièrement long… Bon en même temps, c’est un phénomène qui me semble logique aussi, sachant que le premier mois passe assez rapidement, puisque l’on apprend notre grossesse avec 15 jours de fait déjà lol.
 *
Et pour mon troisième mois, j’ai eu pas mal de visites de mes amies comme elles sont en vacances, des jours avec mon Amoureux, et quelques moments en famille.
 *
Ce temps est passé si vite, malgré que j’attendais avec impatience la fin de ce troisième mois, afin de pouvoir annoncer à la Terre entière que nous attendions un bébé hihihi.
 *
Aller, il est temps de vous expliquer le déroulement de celui-ci, bien différent des autres ^^
#
 *

#1 : Mes symptômes

*
Alors là, nous avons encore passé un stade hihi. Ce troisième mois m’a fait découvrir une panoplie de symptômes, à croire que je vais tous les faire ^^
*
Mais vraiment je n’ai pas à me plaindre, malgré que j’en ai beaucoup, ils ne sont pas coriaces et ne m’empêche pas de vivre. Je m’adapte, puis c’est facile mine de rien vu que je suis arrêtée, je prends mon temps, je m’écoute, je patiente, je ne verrais pas les choses de la même façon si j’avais travaillé, là, en effet, cela n’aurait surement pas été possible à gérer, mais ce n’est pas le cas, donc je n’ai pas à me plaindre, mais plutôt à profiter de ma grossesse tant attendue, et au moins ça me permet de pouvoir vous en parler hein, oui je vois le bon côté des choses ^^
*
Allons-y…
*
Niveau nausées :
Elles ont perdurées une bonne partie du troisième mois chaque après-midi, mais elles étaient supportables, et comme toujours je les faisais passer avec des aliments très froid (mon remède). Elles ont finies par s’espacer vers la fin du troisième mois et apparaissaient uniquement quand j’avais l’estomac vide (il est bien dit dans les livres et applications que d’avoir l’estomac vide favorise l’arrivée des nausées : bon à retenir ^^).
*
Niveau chute de tension & vertiges :
Lors de ce 3ème mois, les chutes de tensions ont enfin disparues. Cependant, les vertiges, j’en ai toujours en me levant de la position couché ou même assise. Ma foi, rien de grave ou de trop gênant malgré tout.
*

Les nouveautés ^^ :

 *
Rétention d’eau :
Quand les températures augmentent d’un seul coup, j’ai durant la première journée de grosse chaleur, les jambes entières qui gonflent. Assez désagréable comme sensation et ne parlons pas de la vision dans le miroir, mais bon, cela ne dure pas plus de la première journée où augmente la température.
*
Acnés et eczémas (rien que ça!) :
Je suis gâtée pour ce troisième mois, je me sens défigurée et monstrueuse. Complexée comme jamais je l’ai été, je vous l’avoue. J’ai fait tout d’abord une sorte d’allergie à l’huile de coco (que je me badigeonne sur le corps et dont je ne faisais pas attention et touchait mon visage après l’application, il faut savoir que l’huile de coco n’est pas anti-comédogène, ce qui peut apporter de grosse poussée d’acnés pour les peaux à tendance acnéïque comme moi), cela m’a provoqué de grosses plaques de kyste toutes rouges sur les joues et le cou. Bien évidemment enceinte, aucun cachet efficace contre l’acnés n’est autorisé. Alors j’ai eu le droit à de la poudre de perlimpinpin qui coûte un bras prescrite par mon dermatologue pourtant et bien-sûr celle-ci n’a pas fonctionné. Puis finalement, j’ai été chez mon médecin traitant et en pharmacie et il m’ont eux, donnés des crèmes plus adaptées et plus efficaces surtout. J’ai considérablement fait baisser mon apparence de monstre, mais je n’ai encore retrouvé ma peau d’avant ce drame ^^
*
Essoufflement :
Malgré que je fasse du sport quotidiennement, lorsque j’effectue des tâches de la vie quotidienne, je suis essoufflée tel un boeuf, c’est incroyable comme sensation. Alors que je peux pratiquer mon sport sans ressentir cela, lors d’effort de tous les jours c’est un peu plus difficile. Et non les filles, je ne me cache pas derrière ma grossesse pour me la jouer feignante et ne plus rien faire chez moi mdr, je suis trop maniaque pour ça, j’ai besoin de me sentir bien chez moi et cela n’est possible que si tout est à sa place, dans un environnement sain et propre, alors malgré mes essoufflements de boeuf, je fais des pauses et je me remets à la tâche quelques minutes après, ou je prends plus mon temps ^^
*
Fatigue :
Ce troisième mois a été aussi fatiguant que le deuxième. J’avais vraiment besoin de faire ma sieste avant d’entreprendre mon sport, ou de sortir faire mes affaires. Cela s’est un peu calmé vers la fin. Mais c’était assez fou, dès que je revenais de courses par exemple, je me devais d’aller dormir ^^
Idem, si j’avais un coup de barre, ni une ni deux, je filais au lit, sans aucune motivation ou force pour lutter contre cet appel du sommeil. Il faut écouter son corps de toute façon, alors pas de culpabilité à avoir que d’aller dormir en pleine journée, surtout que je m’organise toujours pour tout faire (cuisine, ménage, papiers etc) dès mon réveil. Comme ça, après je suis zen et je fais ce que je veux ^^
*
Crampes :
En ce troisième mois, j’ai commencé la natation, j’avais une amie avec moi sur quelques jours, du coup nous y allions 2h par jour puis ensuite nous faisions 2h de marche en fin de journée. Alors est ce la cause ou non, mais en tout cas, quand je nageais j’avais souvent des débuts de crampes dans les mollets, je devais m’arrêter, m’étirer et surtout faire attention ! J’en ai eu quelques unes la nuit, mais je les stoppais rapidement. Je suis de base sujet aux crampes. Donc je les sens venir à des km ces vieilles peaux lol
*
> Anecdote : Quand j’étais petite, enfin plutôt tout le temps où j’ai vécu chez mes parents ^^, les seules et uniques fois où j’appelais mon Papa dans la nuit c’était quand j’avais des crampes, j’hurlais « Papaaaaa », et il venait en courant dans ma chambre pour m’aider à étirer ma jambe. Cette sensation, je l’ai toujours trouvé horrible et j’ai toujours eu l’impression que j’allais en crever mdr. Du coup, j’appelais mon héros, bah oui, quand on pense mourir on appelle son Papa lol. Tandis que quand j’étais malade ou que j’avais besoin de quelques choses (dans le cadre d’un soucis hein pas comme ça pour le plaisir de l’embêter lol), j’appelais ma tendre maman qui venait plus délicatement me secourir lol.
Ma foi, cela n’a pas trop duré, j’ai bu davantage d’eau et j’ai repris les étirements après le sport. Il suffit de lire quelques articles avec les applications et le tour était joué. Je vous ferai un topo des applications que j’utilise et que je préfère pour avoir des informations sur l’avancée de ma grossesse.
*

#2 : Mes humeurs

*
Ha, et bien nous y voilà, l’endroit de toutes les critiques de la femme enceinte, le moment tant redouté de nos proches. Nos humeurs…
*
Je ne sais pas vous (qui avez déjà eu des grossesses ou qui l’êtes actuellement), mais moi, je me sens normale, pas de pleurs ou de rires excessifs, je ne passe pas non plus du rire aux larmes ou inversement, je suis à la base quelqu’un qui prend les choses à coeur, mais depuis que j’ai eu mes soucis de « santé », c’est le contraire, je me détache et prends les choses avec beaucoup de recul, cependant… Cependant, je suis bien plus susceptible que normalement.
*
Après, je ne comprends pas non plus, pourquoi certaines personnes comme mon cher et tendre continue de me taquiner pour ne pas dire me contredire car je ne suis pas dans une optique de « pour parler » lol. Et il le sait, alors quoi, le kiffe de nos hommes quand on est enceinte, c’est d’enfin pouvoir dire à tout le monde que l’on est chiante? ^^
Car oui, j’ai beau être la femme la plus serviable, aimante et adorable du monde, j’ai fort caractère, des principes et on ne me les enlèvera pas. Et enceinte, tout est accentué lol
*
En fait, c’est simple, je passe sur tout, je prends vraiment les choses plus simplement, je suis plus calme, plus zen, plus objective encore. C’est vraiment une démarche de bien-être qui est différente. Et ça, je l’acquière un peu plus chaque jour en lisant, me documentant. Mon frère m’a dit « tu es dans une démarche de zen attitude », oui c’est peu commun dans ma famille, ça choque lol.
*
C’est vrai et je me sens mieux comme ça, depuis février c’est vraiment ce que je ressens, même quand on me lance des débats je suis plus zen, je me suis même déjà vu répondre : « fais moi confiance, tu me connais, je sais ce que je fais, peut-on parler d’autres choses? », ou encore « on en parlera plus tard si tu le veux bien, ce n’est ni le lieu ni le moment pour parler de mon végétarisme », et même « je serais ravie d’en parler avec toi, mais d’abord il faut que tu te renseignes pour avoir de bons contre-arguments », alors qu’avant j’aurai pu avoir un débat sur tout et n’importe quoi et surtout avec n’importe qui comme le premier débile du coin qui raconte des conneries aussi grosses que lui, je prenais ses paroles à coeur, a en perdre mon sang-froid. Aujourd’hui, j’arrive même (et ça qui l’aurait cru, même mes amies n’en reviennent pas), à changer de conversation pour ne pas à avoir à dire ce que je pense sur un sujet car je sais que ça ne va ni plaire, ni faire changer la personne.*
*
En fait, je crois que j’ai enfin compris que je connaissais mes proches et je sais avec qui je peux parler de tout et qu’on se fasse évoluer mutuellement et ceux qui sont des têtes de pioches qui n’écoutent rien et avec qui c’est cause perdue pour débattre et admettre que. Donc avec les personnes « fermées », je ne perds plus mon temps, je les aime toujours autant mais je ne gâche plus de mon énergie à essayer de leur démontrer quelque chose. Je laisse couler même si leur dire m’agace au plus au point.
*
Bref, la grossesse c’est génial, car je vois les choses encore plus posément qu’avant et toujours dans ma démarche. Seulement voilà, la grossesse a aussi sa face cachée et avec les hormones bah parfois… ça déménage ! Je suis du genre « ne me faite pas chier » à des moments, mais c’est terrible. Et tout le monde peut en prendre pour son grade. C’est un de mes traits de caractère, je n’aime pas qu’on vienne me faire dicter ma vie.
*
Il faut savoir un truc sur moi, je ne fais rien au hasard, je me renseigne sur tout avant de faire, je demande des avis, des conseils, j’en parle avec ceux qui m’entourent et surtout qui « me ressemblent » (je ne vais pas demander à un bagarreur comme régler un conflit, je vais demander à quelqu’un qui a une démarche que je vise, évidement), et je me créée ma façon à moi, je pèse le pour et le contre, je prends la nuit pour réfléchir (je ne dors pas du coup, d’où mes nombreuses insomnies^^) et une fois que j’ai trouvé comment appréhender la chose, je ne changerai plus, car j’estime que si je le fais de cette manière (avec l’aide des conseils que l’on m’aura donné etc) c’est que c’est celle qui me correspond le plus, que je trouve la plus pratique etc.
*
Du coup, quand on me dit quelque chose sur ma façon de faire soit je sais montrer que clairement ce que tu me dis, ça me passe au dessus, j’écoute poliment mais je fais comme ça et c’est murement réfléchis et je ne changerai pas. Autant parfois, je peux le prendre tellement mal que j’vais répondre si sèchement qu’on est pas prêt de me redire quelque chose de sitôt. Mais dans tous les cas, même dans ma démarche de zen attitude, je ne changerai pas ça.
*
Et le fait que je les prenne mal c’est uniquement depuis que je suis enceinte lol. Peut-être une façon d’habituer les gens à ne surtout pas venir me saouler de « conseils » une fois bébé né, car ça je sais que T